Tazieff.fr | Centre Haroun Tazieff | Page 6
Biographie  » Un volcan nommé Tazieff  » écrite par son fils, édition Archipel

le 9 avril 2015 par Sylvie

Frédéric Lavachery, président du Centre Haroun Tazieff et fils de Haroun Tazieff, a rédigé une biographie sortie en avril 2014 pour célébrer le centenaire de la naissance du célèbre volcanologue, aux éditions Archipel. Il est possible d’acheter cette biographie au prix de 21 euros + 3.50 de frais de port directement auprès de l’association (les droits d’auteur sont au profit du Centre Haroun Tazieff), en nous contactant.

couverture

Voici la présentation faite par l’édition Archipel sur son site : http://www.editionsarchipel.com/livre/un-volcan-nomme-haroun-tazieff/

Né à Varsovie d’un prince tatar et d’une mère russe en 1914, Haroun Tazieff émigre en Belgique en 1921. Alpiniste, boxeur accompli, il obtient son diplôme d’ingénieur-agronome et, pendant la guerre, rejoint la Résistance : il fera sauter la gare de Liège. Il devient géologue et ingénieur des mines. En 1948, en mission au Congo belge, il se découvre une passion pour les volcans. Ses travaux permettront de valider la théorie de la tectonique des plaques.
Proche d’Hergé, compagnon de Cousteau, il réalise ses premiers films en 1956. Engagé à gauche, il attend le départ du général de Gaulle pour obtenir la nationalité française. En 1976, il se heurte à son supérieur Claude Allègre, qui le qualifie de « vieux con », en déconseillant l’évacuation de la Soufrière. Son appréciation des crises du St Helens (1980) et du Nevado del Ruiz (1985) sera critiquée par une communauté scientifique qui ne le chérit pas. Soutien de Mitterrand, il est nommé en 1981 à la tête d’un Commissariat à la prévention des risques naturels. Déçu par l’écologie politique, le fondateur de la vulcanologie moderne retourne à ses études, n’hésitant pas à ironiser sur le catastrophisme (La Terre va-t-elle cesser de tourner ? , Seghers, 1992).
Depuis sa mort en 1998, Frédéric Lavachery tente de percer les mystères de ce père qui ne l’a pas reconnu et à l’enterrement duquel il n’a pas été convié. Il célèbre dans ce livre un homme au « niveau d’exigence impraticable », étudie ses rapports houleux avec les institutions politiques et scientifiques, évalue ses apports, ses innovations et son approche globale des géosciences.

Pour lire un extrait (sur le site d’Archipel)

http://www.ecriture-communication.com/archipel/wp-content/uploads/sites/2/un_volcan-internet.pdf

Et voici l’article de Claude Grandpey publié sur le site Tazieff.fr le 6 mai 2014 :

Je viens de terminer la lecture passionnante du livre de Frédéric Lavachery « Un Volcan nommé Haroun Tazieff » et je dois dire que je me suis régalé. L’ouvrage a fait remonter en moi un tas de vieux souvenirs. J’ai beaucoup apprécié les chapitres consacrés à « l’affaire » de la Soufrière. Il était indispensable de faire une mise au point détaillée avec des arguments indiscutables. Je possède le livre de Bernard Loubat et Anne Pistolesi « La Soufrière à qui la faute ? » où les auteurs mettaient déjà bien en lumière le comportement ignoble de Claude Allègre. Les pages rédigées par Frédéric Lavachery recroisent en tous points les propos que m’ont tenus les membres de l’équipe Tazieff, que ce soit le regretté François Le Guern, Marcel Bof, Jean-Christophe Sabroux ou René-Xavier Faivre-Pierret.

On connaît Haroun Tazieff comme volcanologue mais son histoire ne s’arrête pas là et les années de guerre ont-elles aussi montré la ténacité et les qualités de lutteur du bonhomme. Il est vrai qu’il était à bonne école. Le passé incroyablement riche de la famille est là pour le prouver. Les pages dans lesquelles Frédéric l’évoque me mettent en mémoire une soirée fabuleuse à Boitsfort (Belgique) où ces souvenirs étaient évoqués au son de l’accordéon de François Le Guern et des chants russes entonnés par le fils biologique de Garouk.

Avant de refermer le livre, il est intéressant de s’attarder sur la bibliographie d’Haroun Tazieff qui devrait faire réfléchir ceux qui prétendent que Garouk n’était pas un scientifique et n’a rien apporté à la volcanologie!

De toute évidence, je ne suis pas le seul à avoir apprécié « Un Volcan nommé Haroun Tazieff ». Une critique élogieuse du livre vient d’être diffusée sur le site Mediapart :

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-christine-gryson/020514/un-volcan-nomme-haroun-tazieff-par-son-fils-ou-sont-nos-heros

Autre article : http://www.livre-royat-chamalieres.com/non-classe/lavachery-frederic

Episode de Frères d’armes sur France 3 consacrée à Haroun Tazieff

le 26 mars 2015 par Sylvie

Haroun Tazieff, volcanologue célèbre, a aussi été un combattant et un résistant pendant la 2ème Guerre Mondiale. L’épisode 43 de la série Frères d’armes sera diffusé le vendredi 3 avril 2015 à 22h40. Durée 5 mn.

http://www.france3.fr/emission/freres-darmes/diffusion-du-03-04-2015-22h40

Rencontre hommage en l’honneur de Rose-Marie Chevrier

le 25 mars 2015 par Sylvie

Au CNAM est organisée une rencontre hommage en l’honneur de Rose-Marie Chevrier qui fut un des membres des équipes Tazieff, le vendredi 27 mars à 16h. Frédéric Lavachery, fils d’Haroun Tazieff et président du Centre Haroun Tazieff, sera présent.

Pour relire l’hommage que nous avons rédigé après avoir appris son décès survenu en juillet 2014 : http://tazieff.fr/category/volcanologie/page/2/

Image5

Rose-Ma et Yeti lors de prise de gaz au Col de l’Echelle à la Soufrière de Guadeloupe. 1976. (Photo Marcel Bof)

 

Image1                                  Rose-Ma sur les murailles du fort Saint Charles à Basse Terre, Guadeloupe, en arrière plan, la Soufrière. 1976 (Photo Marcel Bof)

Journée Tazieff à Boisfort (Belgique) le 9 février 2008

le 9 mars 2015 par Sylvie

Extraits des débats de la 1ère journée Haroun Tazieff qui a eu lieu à Boisfort (Bruxelles, Belgique), au centre culturel La Vénerie, le 09/02/2008, organisée 10 ans après la disparition d’Haroun Tazieff. Ce fut le point de départ de la création du Centre Haroun Tazieff, créé à Arette en juillet 2008 suivie par des manisfestations en juillet-août de la même année dans le Velay.

 

Le Piton de la Fournaise en éruption, article de Bernard Duyck le 4 février 2015

le 6 février 2015 par Sylvie

Le Piton de La Fournaise est entré en éruption ce mercredi 4 février 2015 à 11 h. locale. L’éruption fait suite, selon l’OVPF, à un essaim de 180 séismes sommitaux, dont deux de magnitude supérieure à 2. La tendance par le système de surveillance JERK à montrer un signe d’intrusion, et l’imminence probable d’une éruption ont poussé la Préfecture à déclencher le plan ORSEC au moment où le volcan est entré en éruption. L’accès à la partie haute de l’enclos est fermé au public jusqu’à nouvel ordre.

La fissure se serait ouverte dans la partie sud-ouest de l’Enclos, dans le triangle Dolomieu-Bory-cratère Rivals. Pour info, le cratère Rivals est situé sur les pentes du cône principal, au sein de la caldeira du Piton de La Fournaise, appelé Enclos Fouqué. Il s’est formé suite à une éruption datée de 1937. Il y culmine à 2.243 mètres d’altitude.

Site approximatif de l'éruption dans l'enclos Fouqué au SO.

Site approximatif de l’éruption dans l’enclos Fouqué au SO.

La Fournaise - Les premiers signes visibles de l'éruption du 04.02.2015 sur les webcams : à gauche, webcam du Piton de Bert, incandescence au coin supérieur gauche à 14h14 - à droite, webcam Piton basaltes 15h56 - un clic pour agrandir - source OVPFLa Fournaise - Les premiers signes visibles de l'éruption du 04.02.2015 sur les webcams : à gauche, webcam du Piton de Bert, incandescence au coin supérieur gauche à 14h14 - à droite, webcam Piton basaltes 15h56 - un clic pour agrandir - source OVPF

La Fournaise – Les premiers signes visibles de l’éruption du 04.02.2015 sur les webcams : à gauche, webcam du Piton de Bert, incandescence au coin supérieur gauche à 14h14 – à droite, webcam Piton basaltes 15h56 – un clic pour agrandir – source OVPF

Une interview de Nicolas Villeneuve à L’Info.re permet de préciser les conditions de l’éruption, le volcan étant sous surveillance depuis le mois de septembre.   » Le trémor n’est pas très élevé pour l’instant. Nous avons une crise sismique qui a été relativement courte et haut placée dans le massif. Cela ressemble de beaucoup à ce que nous avons pu voir dans les années qui ont suivi la grande éruption de 2007. Ce sont des éruptions qui préviennent tardivement et qui ne durent pas très longtemps, malheureusement pour le grand public. J’espère simplement me tromper et qu’une source magmatique profonde permette à ce que l’éruption dure dans le temps ».

Trois personnes sont parties sur le site de l’éruption, où règne le mauvais temps.

Vers 15 heures, « les projections de lave atteignaient une dizaine de mètres de haut, ce qui est relativement modeste par rapport à d’autres éruptions qu’on a connues« , a ainsi indiqué Philippe Kowalski, directeur adjoint de l’OVPF, à RTL Réunion. « Par rapport au début de l’éruption, l’activité a pratiquement été divisée par quatre et pour l’instant le niveau de l’éruption semble stable à un niveau assez bas« , a-t-il ajouté. (Imazpress)

L’édition de 19h47 de Clicanoo propose les premières photos aériennes de l’éruption de La Fournaise, prises par le photographe Hervé Douris, lors d’une éclaircie – Clicanoo lien vers les photos.

Une coulée de lave descend les pentes du volcan, se subdivisant raidement en plusieurs bras.

 

La Fournaise - la fissure éruptive et la coulée de lave vue lors d'une éclaircie - photo Hervé Douris / #gotoreunion / Twitter

La Fournaise – la fissure éruptive et la coulée de lave vue lors d’une éclaircie – photo Hervé Douris / #gotoreunion / Twitter

La Fournaise - 04.02.2015 - la fissure érutive et le départ de la coulée - photo Sylvain G. / via Réunion 1°re

La Fournaise – 04.02.2015 – la fissure érutive et le départ de la coulée – photo Sylvain G. / via Réunion 1°re

Au cours de ces dix dernières années, La Fournaise a connu en tout douze éruptions.

Précisions de l’OVPF du 5 février 8h loc. sur le site de l’éruption :

  • La fissure éruptive s’est ouverte en direction du sud sur une longueur d’environ 500m, en partant d’un point localisé à une centaine de mètre à l’extérieur et à l’ouest du cratère Bory.
  • Après l’ouverture de la fissure, l’activité éruptive s’est rapidement concentrée sur le point situé le plus au sud de cette fissure (vers 2500 m d’altitude).
  • La coulée de lave est descendue rapidement en direction du cratère Rivals (direction sud – sud-ouest). Plus bas la coulée s’est divisées en plusieurs bras se répartissant sur un secteur compris entre le sud et le sud-est du cratère Rivals.
  • En fin de journée, le bras de coulée le plus au sud dépassait le cratère Cornu. Le bras le plus à l’est (direction des cratères  » quatre gueules « ) était moins actif.

Sources :

Institut de Physique du Globe Paris – OVPF –

Global Volcanism Program – Piton de La Fournaise –

Médias Réunionnais : Clicanoo – linfo.re – Imazpress

Blog de Bernard Duyck : http://www.earth-of-fire.com/