Les 5èmes Journées Tazieff dans l’Hérault du 2 au 7 juin 2015 à Saint Thibéry et Bessan

le 23 mai 2015 par Sylvie

Les 5èmes Journées Tazieff se sont déroulées du 2 au 7 juin 2015, à l’initiative de Bernard Halleux. Trois expositions et trois conférences ont été proposées avec la participation du CHT (Frédéric Lavachery), de LAVE (Claude Lesclingand), et de deux géologues (Jean-Marie Dautria et Jean-Claude Bousquet) et des ateliers pédagogiques ont été animés par Bernard Halleux de l’APNHC (Association Protection Nature des Hauts Cantons).

DSC_0004

Les 3 expositions portaient sur :

– les expéditions d’Haroun Tazieff avec des photos inédites, du matériel d’expédition, des maquettes de volcans célèbres, DVD de films inédits.
Volcans d’Europe et volcans d’ici (exposition LAVE) : présentation d’une collection  d’échantillons volcaniques,  15 panneaux pédagogiques qui racontent l’histoire de volcans européens (Vésuve, Etna, Stromboli) et régionaux (Salagou, Fontés, St-Thibéry et Agde).
– des ateliers scientifiques : les roches volcaniques au microscope, le magnétisme des laves et de la terre, les anomalies magnétiques et la dérive des continents et présentation de maquettes sur le volcanisme.

Ces 5èmes Journées Haroun Tazieff ont connu un grand succès puisque 300 élèves ont participé dont 120 collégiens de 4ème. De plus, 80 personnes sont venues voir les expositions hors temps scolaires.

ex19DSC_0003DSC08546DSC08565DSC08571DSC_0041DSC08592

Programme des conférences :

Le mercredi 3 juin à la salle des fêtes de St-Thibéry à 20h30 le géologue Jean-Marie Dautria, maître de conférence à l’université Montpellier 2, a présenté « les volcans éteints de l’Hérault ». Il a évoqué les 2 millions d’années de volcanisme depuis le Larzac, jusqu’à la Grande Conque au Cap d’Agde.
Le jeudi 4 juin au collège de Bessan à 20h30 le géologue Jean-Claude Bousquet, maître de conférence à l’université Montpellier 2,  a, lui, parlé « des volcans actifs du sud de l’Italie ». Ce spécialiste de la tectonique des plaques a proposé des documents inédits pour mieux comprendre l’activité volcanique des volcans du Sud de l’Italie.
Le vendredi 5 juin à la salle des fêtes de Bessan à 20h30 Frédéric Lavachery, fils d’Haroun Tazieff a fait une conférence pour évoquer des «Eléménts de Biographie de la vie d’Haroun Tazieff » La soirée s’est prolongée avec une séance de dédicaces du livre « Un volcan nommé Tazieff » écrit par Frédéric Lavachery.

Le public a répondu présent ; au total, les 3 conférences ont intéressé 130 personnes. Ils ont eu plaisir à écouter ces conférenciers de talent.

DSC_0023DSC_0027DSC_0045

Et enfin, pour terminer en beauté par des sorties sur le terrain, deux sorties ont été proposées qui ont réuni 45 personnes :

Le samedi 6 juin de 10h30 à 16h, balade au Mont Ramus, sous un superbe soleil, commentée par Jean-Marie Dautria, Frédéric Lavachery et Claude Lesclingand, président fondateur de l’association volcanologique européenne (LAVE).
Et le dimanche 7 juin de 14h à 16h, balade au coeur du village de St-Thibéry commentée par Mme Romieu présidente de l’association Protection du patrimoine de St-Thibery, M. Lesclingand président fondateur de LAVE et M. Halleux président de l’association Protection Nature des Hauts Cantons (l’APNHC).

DSC_0009 P1490814-1 (2)MUR1

L’Assemblée Générale du CHT le 6 mai 2015 aux Estables, article de Sylvie Leleu et Jean-Paul Bourgès

le 23 mai 2015 par Sylvie

Le 6 mai 2015 s’est tenue, aux Estables, l’AG du Centre Haroun Tazieff pour les sciences de la Terre. Accueillis par la mairie des Estables, les adhérents ont écouté le rapport moral du président, Frédéric LAVACHERY.

L’année 2014  a été riche en événements puisqu’elle correspondait au centenaire de la naissance d’Haroun TAZIEFF. Elle a donc été  marquée par de nombreux événements :
– la publication d’une biographie écrite par son fils, Frédéric LAVACHERY, ainsi que d’un album pour la jeunesse conçu par Christine Hainaut et illustré par Anne Douillet, la réalisation d’une pièce de théâtre par Frédéric Viguier pour le festival d’Avignon.
– le forum de Privas qui clôturait le projet Coménius et les Journées Tazieff dans l’Hérault ainsi que diverses émissions de télévision ou de radio, des conférences et salons du livres…
Après l’approbation des rapports d’activité et financiers et la présentation des objectifs, une partie des participants s’est rendue à Chaudeyrolles pour un repas à l’auberge « La Table de Vallès » avant de se retrouver au pied des Dents du Diable pour une promenade permettant d’observer les reliefs et les roches volcaniques du Plateau dont le Mézenc est le sommet.
Lorsqu’on contemple ce paysage exceptionnel, on ne peut que ressentir la richesse qui nous est ainsi offerte et on prend conscience de l’importance du classement en Géopark qui vient d’être attribué à cette région sur laquelle la grotte Chauvet vient de braquer les projecteurs.

IMG_6212Groupe avant le début de la randonnée (Sylvie Leleu)

 

FrédéricQuelques explications géologiques  de Frédéric (Jean-Paul Bourgès)

IMG_6229(Photo Sylvie Leleu)

Assemblée Générale aux Estables et randonnée sur une partie du PR de Chaudeyrolles le mercredi 6 mai 2015.

le 26 avril 2015 par Sylvie

L’Assemblée Générale du Centre Haroun Tazieff aura lieu le mercredi 6 mai 2015 à la mairie des Estables. Elle est ouverte au public. A partir de 9h : accueil autour d’un café avant d’enchainer à 9h30 sur les rapports d’activité, moral et financier. A 10h30, nous aborderons les perspectives et projets suivis d’un débat sur les orientations. Puis, nous procéderons à l’élection du nouveau CA et bureau. la matinée s’achèvera par la vente de livres.

Nous prolongerons ce temps de rencontres et d’échanges par une sortie sur le terrain, ouverte à tous, animée par Nicolas Mathévet, guide de moyenne montagne et Frédéric Lavachery, fils d’Haroun Tazieff. Au programme une des trois boucles du Parcours de Randonnée de Chaudeyrolles. Rendez-vous à 14h à l’auberge « La Table de Vallès » pour une présentation de 30 minutes du Parcours de Randonnée de Chaudeyrolles et du projet Id-Bio.

Départ : 14h30 pour la boucle Chantemerle- le Crie- la Grosse Roche- Pecatta- Les Dents du Diable- retour Chantemerle et l’auberge.

Pour s’inscrire, contacter Frédéric Lavachery : frederic.lavachery@tazieff.fr ou le secrétariat : secretariat@tazieff.fr

Dépliant AG-randonnée 6 mai 2015

 

 

 

 

 

 

Emission « Duels » sur France 5 consacrée à Allègre/Tazieff jeudi 23 avril 2015 à 21h40

le 15 avril 2015 par Sylvie

France 5 propose une émission mensuelle consacrée à un duel de personnalités. L’épisode de jeudi 23 avril 2014 à 21h40 est consacré à Allègre/ Tazieff notamment lors de la crise de la Soufrière. Il a été réalisé par Eric Beauducel. Des anciens compagnons de Tazieff ont été interviewés dont Jacques Varet.

Voici le synopsis :

Tazieff / Allègre : la guerre des volcans (Duels France 5)

Bandeau_soufrière 2

« La volcanologie est une science comme la médecine : il faut du doigté, du sang froid, de l’énergie, de l’habitude et l’expérience du terrain. Les études de laboratoire ne suffisent pas ». Haroun Tazieff, 1976

« Tazieff n’est pas un chercheur, c’est un explorateur. Il en faut mais il n’a pas sa place dans un organisme d’état… il est ingérable ». Claude Allègre, 1977

En 1976, l’antagonisme de deux hommes fait irruption dans les médias. Leurs noms : Haroun Tazieff, volcanologue déjà connu du grand public et Claude Allègre, chercheur et tout nouveau directeur de l’Institut de Physique du Globe de Paris. Le contexte : l’éruption de la Soufrière de Guadeloupe et la décision de faire ou non évacuer les 70 000 personnes potentiellement menacées. Derrière cet affrontement individuel, deux conceptions de la volcanologie et de la gestion du risque naturel se cristallisent. Ce film dresse le portrait de deux hommes que tout opposait, retraçant leur affrontement par médias interposés puis jusque devant les tribunaux.

A travers deux carrières aux antipodes l’une de l’autre, en plongeant dans ce qui a motivé deux vies exceptionnelles, à l’écoute de ceux qui les connaissent bien, ce documentaire reviendra aussi en filigrane sur l’évolution d’un métier pas comme les autres et de son alter égo surmédiatisé, le principe de précaution.

http://www.ekla-prod.com/?p=1101

Biographie  » Un volcan nommé Tazieff  » écrite par son fils, édition Archipel

le 9 avril 2015 par Sylvie

Frédéric Lavachery, président du Centre Haroun Tazieff et fils de Haroun Tazieff, a rédigé une biographie sortie en avril 2014 pour célébrer le centenaire de la naissance du célèbre volcanologue, aux éditions Archipel. Il est possible d’acheter cette biographie au prix de 21 euros + 3.50 de frais de port directement auprès de l’association (les droits d’auteur sont au profit du Centre Haroun Tazieff), en nous contactant.

couverture

Voici la présentation faite par l’édition Archipel sur son site : http://www.editionsarchipel.com/livre/un-volcan-nomme-haroun-tazieff/

Né à Varsovie d’un prince tatar et d’une mère russe en 1914, Haroun Tazieff émigre en Belgique en 1921. Alpiniste, boxeur accompli, il obtient son diplôme d’ingénieur-agronome et, pendant la guerre, rejoint la Résistance : il fera sauter la gare de Liège. Il devient géologue et ingénieur des mines. En 1948, en mission au Congo belge, il se découvre une passion pour les volcans. Ses travaux permettront de valider la théorie de la tectonique des plaques.
Proche d’Hergé, compagnon de Cousteau, il réalise ses premiers films en 1956. Engagé à gauche, il attend le départ du général de Gaulle pour obtenir la nationalité française. En 1976, il se heurte à son supérieur Claude Allègre, qui le qualifie de « vieux con », en déconseillant l’évacuation de la Soufrière. Son appréciation des crises du St Helens (1980) et du Nevado del Ruiz (1985) sera critiquée par une communauté scientifique qui ne le chérit pas. Soutien de Mitterrand, il est nommé en 1981 à la tête d’un Commissariat à la prévention des risques naturels. Déçu par l’écologie politique, le fondateur de la vulcanologie moderne retourne à ses études, n’hésitant pas à ironiser sur le catastrophisme (La Terre va-t-elle cesser de tourner ? , Seghers, 1992).
Depuis sa mort en 1998, Frédéric Lavachery tente de percer les mystères de ce père qui ne l’a pas reconnu et à l’enterrement duquel il n’a pas été convié. Il célèbre dans ce livre un homme au « niveau d’exigence impraticable », étudie ses rapports houleux avec les institutions politiques et scientifiques, évalue ses apports, ses innovations et son approche globale des géosciences.

Pour lire un extrait (sur le site d’Archipel)

http://www.ecriture-communication.com/archipel/wp-content/uploads/sites/2/un_volcan-internet.pdf

Et voici l’article de Claude Grandpey publié sur le site Tazieff.fr le 6 mai 2014 :

Je viens de terminer la lecture passionnante du livre de Frédéric Lavachery « Un Volcan nommé Haroun Tazieff » et je dois dire que je me suis régalé. L’ouvrage a fait remonter en moi un tas de vieux souvenirs. J’ai beaucoup apprécié les chapitres consacrés à « l’affaire » de la Soufrière. Il était indispensable de faire une mise au point détaillée avec des arguments indiscutables. Je possède le livre de Bernard Loubat et Anne Pistolesi « La Soufrière à qui la faute ? » où les auteurs mettaient déjà bien en lumière le comportement ignoble de Claude Allègre. Les pages rédigées par Frédéric Lavachery recroisent en tous points les propos que m’ont tenus les membres de l’équipe Tazieff, que ce soit le regretté François Le Guern, Marcel Bof, Jean-Christophe Sabroux ou René-Xavier Faivre-Pierret.

On connaît Haroun Tazieff comme volcanologue mais son histoire ne s’arrête pas là et les années de guerre ont-elles aussi montré la ténacité et les qualités de lutteur du bonhomme. Il est vrai qu’il était à bonne école. Le passé incroyablement riche de la famille est là pour le prouver. Les pages dans lesquelles Frédéric l’évoque me mettent en mémoire une soirée fabuleuse à Boitsfort (Belgique) où ces souvenirs étaient évoqués au son de l’accordéon de François Le Guern et des chants russes entonnés par le fils biologique de Garouk.

Avant de refermer le livre, il est intéressant de s’attarder sur la bibliographie d’Haroun Tazieff qui devrait faire réfléchir ceux qui prétendent que Garouk n’était pas un scientifique et n’a rien apporté à la volcanologie!

De toute évidence, je ne suis pas le seul à avoir apprécié « Un Volcan nommé Haroun Tazieff ». Une critique élogieuse du livre vient d’être diffusée sur le site Mediapart :

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-christine-gryson/020514/un-volcan-nomme-haroun-tazieff-par-son-fils-ou-sont-nos-heros

Autre article : http://www.livre-royat-chamalieres.com/non-classe/lavachery-frederic