Conférence d’Haroun Tazieff du 26/10/67

le 21 avril 2012 par Sylvie

Première partie :

 

Deuxième partie :

Askja (Islande), Article de Claude Grandpey sur son blog

le 19 avril 2012 par Sylvie

Comme je l’ai indiqué précédemment, l’Oskjuvatn au cœur du massif de l’Askja, au NE de l’Islande, est anormalement dépourvu de glace à cette époque de l’année. On peut lire sur le site Iceland Review qu’une expédition comprenant cinq scientifiques est en cours afin d’installer des capteurs thermiques et de conductivité qui transmettront des signaux jusqu’à l’été prochain. Les chercheurs vont également rassembler les données concernant l’activité sismique. Des stations sont en place autour du lac, en relation avec l’Université de Cambridge.

D’autres projets comprennent la mesure des gaz en certains points. D’après les scientifiques, il est encore trop tôt pour savoir si une éruption est susceptible de se produire. Il faut d’abord analyser les informations fournies par les instruments.

Et, pour le plaisir des yeux, voici une superbe image de l’éruption de l’Eyjafjallajökull mise en ligne par le National Geographic:

Blog de Claude Grandpey : http://volcans.blogs-de-voyage.fr/

Commentaire de Claude Grandpey sur son blog à propos de la vidéo sur l’éruption de l’Etna du 14/04/2012

le 19 avril 2012 par Sylvie

Une coulée pyroclastique sur l’Etna? Pas si sûr!

Pendant le 21ème paroxysme de l’Etna, le 4 mars vers 9h45 (heure locale), on a pu voir sur l’image de la webcam EtnaTrekking une fracture s’ouvrir dans l’espace qui sépare le Cratère SE des premières pentes de la Bocca Nuova. Au contact de la neige qui recouvrait cet endroit, la lave a tout d’abord fait naître un panache de vapeur qui, en grossissant, a commencé à glisser le long de la pente en donnant un spectacle particulièrement fascinant.

Etna PF.jpg

Dans ma note du lendemain, j’indiquais un lien vers une vidéo montrant ce que j’appelais « une coulée pyroclastique ».  Je n’étais d’ailleurs pas le seul, car d’autres sites volcaniques utilisaient cette expression, y compris le titre de la vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=aXbzbPlnAF4&feature=pl…

En repensant à cette scène magnifique, je me dis que le terme « coulée pyroclastique » n’était pas approprié. Si l’on se réfère à l’une des définitions d’une coulée pyroclastique, on se rend compte qu’il s’agit d’un « mélange à haute température (plusieurs centaines de degrés Celsius) de gaz volcaniques, de vapeur d’eau et de particules solides dues à un processus de fragmentation magmatique en cours,  relativement dense, qui s’écoule à grande vitesse (au départ à plusieurs centaines de km/h) au voisinage du sol, fortement soumis à la gravité et guidé par la topographie du terrain. Ce type d’écoulement résulte souvent de l’effondrement d’un panache volcanique ».

Cette définition ne correspond pas au phénomène observé sur l’Etna. Il n’y avait que très peu, voire pas, de particules produites par une fragmentation magmatique. Les particules qui se mêlaient à la vapeur d’eau provenaient essentiellement de dépôts présents au sol depuis longtemps. Ces nuages sombres de particules ne sont d’ailleurs apparus que vers la fin de l’épisode. Le mécanisme de formation de cette coulée n’était donc pas ‘pyroclastique’ ; il était surtout ‘phréatomagmatique’, avec interaction de la lave et de l’eau générée par la fonte de l’épaisse couche de neige ou de glace. Il est même probable que la partie inférieure de ladite coulée ressemblait davantage à un lahar. Si l’on avait pu introduire un thermomètre dans le panache, il n’aurait pas révélé une température élevée, contrairement à celle des vraies coulées pyroclastiques, comme celle qui a tué les Krafft sur l’Unzen au Japon. Enfin, la vitesse de progression du nuage de vapeur n’était pas très rapide, probablement quelques dizaines de km/h.

Il en va de même des coulées de lave dans la Valle del Bove. Au contact de la neige encore présente en cette saison, elles font s’élever des nuages de vapeur. Certains parlent là encore de coulées pyroclastiques, mais c’est inexact, même si, vus latéralement, ces phénomènes ressemblent physiquement  – en taille réduite- à des coulées pyroclastiques.

Pour les raisons énumérées ci-dessus, Boris Behncke (INGV Catane) trouvait lui aussi inappropriée l’appellation « coulée pyroclastique » pour définir l’épisode du 4 mars. Je pense personnellement qu’il serait préférable d’utiliser des expressions telles que « pseudo coulée pyroclastique » ou simplement « coulée phréatomagmatique ».

Imaginons l’ouverture de la fracture entre le cône SE et la pente de la Bocca Nuova au cœur de la saison estivale quand la neige a disparu. Q’aurions-nous vu ? Tout simplement une coulée de lave s’échapper d’une nouvelle fracture et parcourir quelques centaines de mètres vers l’aval. Il n’y aurait pas eu de panaches de vapeur, juste quelques nuages signalant le dégazage de la coulée.

Une vraie coulée pyroclastique, c’est autre chose, comme on peut s’en rendre compte sur cette photo du Mayon (Philippines) prise le 15 septembre 1984:

Mayon-blog.jpg
Blog de Claude Grandpey : http://volcans.blogs-de-voyage.fr/
Vidéo de l’éruption de L’Etna en date du 14/04/2012

le 19 avril 2012 par Sylvie
Image de prévisualisation YouTube
Eruption de l’Etna en date du 12 avril 2012, article de Claude Grandpey, sur son blog volcans-blogs-devoyage.fr

le 16 avril 2012 par Sylvie

L’Etna est à nouveau en éruption depuis le début du mois d’avril. Voici l’article rédigé par Claude Grandpey, membre du Centre Haroun Tazieff et vice-président de L.A.V.E . Pour plus d’information, voir son blog : http : volcans-blogs-devoyage.fr ou le site de LAVE où l’on peut suivre en direct la webcam de l’Etna.

11h30 : Le tremor est actuellement en hausse. Il se pourrait qu’un nouveau paroxysme soit en préparation. Il faut toutefois faire attention: un phénomène identique s’était produit hier matin mais, comme je l’ai indiqué, les appareils réagissaient au séisme au large de Sumatra. Ce matin, un séisme de M 6,9 a secoué le Mexique. Il se pourrait que l’on se trouve dans une situation identique.  Les prochaines heures donneront la réponse !

A noter que le Nouveau Cratère SE est en ce moment le siège d’une petite activité strombolienne.

11h45 : L’activité strombolienne semble s’intensifier et la camera thermique montre que de la lave incandescente (retombées) est présente sur le flanc du cratère.

13h30 : Alors que le tremor est toujours en hausse, l’activité strombolienne semble devenir plus intense, ce qui n’empêche pas les oiseaux de venir admirer le spectacle!

14h45: De toute évidence, un débordement de lave est en train de débuter au niveau de la lèvre du cratère.

15h30 : Le débordement de lave signalé précédemment se poursuit en direction du sud, et non vers la Valle del Bove comme les fois précédentes.

16h30 : La lave continue à s’épancher en éventail en direction du sud-sud-est, tandis que de puissantes fontaines de lave jaillissent du cratère. Il semble que le paroxysme soit en train d’atteindre son intensité maximale.

16h35: Le cratère se déchaîne et d’imposants panaches de cendre s’en échappent. On ne devrait pas tarder à atteindre la fin du paroxysme.

16h45: Quel spectacle!

16h50 : La webcam EtnaTrekking donne une bonne idée de la puissance de l’Etna! Le tremor continue à monter. Il semblerait que des fontaines de lave jaillissent également à l’arrière du cône. Les bourgades sur le versant SE doivent recevoir une bonne pluie de cendre!

17 heures : Il est difficile de se rendre compte sur les webcams, mais celle de RadioStudio7 installée sur le parking semble montrer que l’une des branches de la coulée est en train de contourner la Montagnola et se dirige vers le parking sans toutefois le menacer car la distance à parcourir est encore très longue.

Les panaches de vapeur qui s’élèvent de la Valle del Bove montrent que la lave est entré en contact avec la neige.

17h15 : Les fontaines de lave semblent moins actives. le cratère laisse toujours échapper de volumineux panaches de cendre. Il semble que le paroxysme soit maintenant dans sa phase descendante.

17h30: Le paroxysme est en train de prendre fin. Il ne nous reste plus qu’à attendre le suivant!

22h30: L’incandescence qui persiste ce soir sur le volcan montre bien quelle fut l’intensité du paroxysme de cet après-midi. Je pense que ce fut l’un des plus violents, voire le plus violent, de la série. Au train où vont les choses, on peut s’attendre à un événement plus important dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

Photos reprises du blog de Claude Grandpey, venant de la webcam que l’on peut voir sur le site de LAVE  : lave-volcans.com