Une acquisition fort intéressante pour le Centre Haroun Tazieff

le 10 novembre 2012 par Sylvie

Ces derniers temps, nous avons été contactés par un membre d’un club de spéléologie suisse à Allschwill, près de Bâle. En effet, suite au décès du spéléologue suisse, Urs Widmer,  sa veuve avait décidé de se séparer du matériel qu’il possédait. Et ils ont donc pensé à nous. Nous en profitons pour les remercier chaleureusement.

Ainsi, le Centre Haroun Tazieff a pu récupérer trois maquettes de volcans dont le célèbre Nyiragongo, des diapositives, des panneaux d’exposition sur les volcans en Allemand. Il y a aussi des cartes lumineuses qui présentent la situation des volcans dans le monde. Ils nous donné aussi pas mal d‘échantillons de roches et quelques bombes comme on peut le voir sur une de nos photos. De plus, ils ont retrouvé un costume de protection conçu par Haroun Tazieff  car celui-ci aimait s’approcher au plus près des volcans, ce qui nécessitait une protection spéciale.

Tout cela trouvera sa place dans le nouvel espace dédié au Centre Haroun Tazieff aux Ouches qui devrait voir le jour d’ici deux ans.

Voici quelques photos de ces acquisitions :

Frédéric Lavachery, le président du CHT avec un mannequin habillé avec le vêtement de protection d’Haroun Tazieff

maquette du Nyiragongo

Un exemple de bombe

Le Label « Pierre Fauriat » décerné aux Ouches le 27 octobre 2012

le 10 novembre 2012 par Sylvie
Les Ouches, à Chaudeyrolles, ferme rendue au patrimoine du pays.
Le label « Pierre Fauriat » attribué aux Ouches, lieu de mémoire architecturale du Mézenc.
Le 4 décembre 2010, le feu semblait avoir eu raison d’une des plus anciennes fermes de Chaudeyrolles, dont l’architecture ne devait rien ni à ce siècle ni au dernier. Une mention des Ouches est attestée dans un document de 1250.Le 27 octobre 2012, l’association Oustaou Vellavi remettait aux Ouches ressuscitées par le choix des propriétaires et le savoir des artisans le label « Pierre Fauriat » pour la restauration et la préservation du patrimoine rural.Pierre FAURIAT, né le 21 mai 1950, repose au cimetière de Craponne-srur-Arzon depuis le 3 avril 2008.

Professeur au Lycée Auguste Eymard d’Espaly-Saint-Marcel, engagé dans la sauvegarde du patrimoine, Pierre Fauriat organisait des stages de pose de pierre, des voyages d’information, des rassemblements de sensibilisation aux valeurs traditionnelles. La vie associative était le prolongement de sa vie de formateur.

Il aimait à partager le respect des techniques anciennes.

Oustaou Vellavi ( http://oustaou.vellavi.free.fr ), dont le siège se trouve à la mairie de Bains (43370), regroupe des dizaines de personnes désirant assurer la sauvegarde des Maisons Paysannes et du bâti traditionnel. Structure de réflexion pour les professionnels, les amateurs et tous les acteurs de l’aménagement en milieu rural, l’association dispose d’ un conseil scientifique et technique à même d’apporter, outre la préservation de ce patrimoine, les solutions de valorisation et de pérennisation.

Le 27 octobre, Jean Pestre, architecte honoraire et président d’Oustaou Vellavi, s’est fait l’hôte des Ouches pour recevoir une bonne soixantaine de personnes venues à son invitation observer la qualité du travail des artisans maçons, charpentiers et lauzeurs. Maçons vellaves des Ateliers de Chanteloube, charpentiers ardéchois de Treynas, sous Borée dans les Hautes Boutières et lauzeurs de Laussonne, ont ce jour-là enchanté les techniciens chevronnés d’Oustaou Vellavi.

Les Ouches offriront d’ici deux ans un espace de plus de 400 m2 aux acteurs du développement culturel du Mézenc. Le Centre Haroun Tazieff pour les sciences de la Terre en sera le maître d’oeuvre.

Coïncidence : Haroun Tazieff qui avait un respect immense pour le savoir des artisans traditionnels, avait collaboré avec l’architecte Claude Perron pour faire de Mirmande, dont il était le maire, l’un des plus beaux villages de France ; Claude Perron, auteur d’un remarquable projet de sauvegarde de Chaudeyrolles resté dans les tiroirs depuis quarante ans, était présent aux Ouches pour la remise du label Pierre Fauriat.
Claude Perron est l’artisan du secteur sauvegardé du Puy-en-Velay, ( http://puyvilledart.free.fr/secteur sauvegarde.htm).

Odette Arnaud, maire de Chaudeyrolles, et Bernard Cuoq, maire de Saint-Clément, ont honoré cette journée de leur présence. La météo également qui, ce samedi-là, rappelait à tous que ces fermes ancestrales devaient à la burle l’harmonie robuste de leur architecture.

Jean Pestre, président de l’association Oustaou Vellavi
et l’architecte Gilbert Richaud (photo CHT)
Danièle et Frédéric, les propriétaires des Ouches
(photo CHT)
La plaque de l’association Oustaou Vellavi est scellée.
Article de l’éveil sur ce sujet :
Un verdict consternant : 7 scientifiques italiens condamnés à 6 ans de prison pour n’avoir pas prédit le séisme qui a eu lieu à l’Aquila en avril 2009

le 22 octobre 2012 par Sylvie

Il est reproché aux experts qui participaient à la commission « grands risques » du 31 mars 2009 de s’être montrés trop rassurants avec la population et ne pas à avoir prévu le séisme.

Mais peut-on prévoir un séisme ? Faut-il faire évacuer la population aux moindres secousses ?

5 000 membres de la communauté scientifique ont d’ailleurs envoyé une lettre au président de la République  Giorgio Napolitano pour rappeler qu’avec les connaissances actuelles, ‘il est impossible de prévoir un séisme.

Parmi les membres scientifiques condamnés, se trouvent Bernardo de Bernardinis, sous-directeur de la Protection civile, ainsi que Enzo Boschi, qui était jusqu’à récemment le président de l’Institut National de Géophysique et Vulcanologie (INGV) et 5 autres experts.

 A l’issue de la réunion, les conclusions du rapport indiquaient qu’il était impossible de prédire un séisme et les scientifiques préconisaient de respecter davantage les mesures de prévention anti-sismiques, notamment dans la construction des immeubles.

Dans le monde des scientifiques et amateurs de sciences, ce verdict apparaît comme inquiétant.

Projet d’exploitation de l’énergie géothermique près du volcan Newberry, dans l’Oregon

le 16 octobre 2012 par Sylvie

Article de Claude Grandpey, sur son blog : http://volcans.blogs-de-voyage.fr/

Il y a quelques mois, j’avais fait part sur ce blog d’un projet d’exploitation de l’énergie géothermique dans le secteur du volcan Newberry dans l’Oregon. Un tel projet avait alors déclenché de nombreuses protestations car la région est potentiellement active d’un point de vue volcanique et sismique et le projet présentait donc des risques évidents.

Le profit guidant toutes les initiatives de ce type, le projet est en passe de se réaliser, malgré les réserves émises par les autorités locales et certains scientifiques. En effet, la dernière éruption du Newberry remonte à seulement 1400 ans et l’USGS a indiqué que d’autres éruptions étaient susceptibles de se produire.

Les sociétés AltaRock Energy et Davenport Newberry viennent donc de recevoir le feu vert pour effectuer des fracturations de roches en bordure du Newberry. L’opération consiste à injecter de l’eau sous très haute pression dans des fractures jusqu’à 3 kilomètres de profondeur. Il se produit alors une fracturation des veines de roches qui permet d’accéder à la chaleur enfermée en dessous. On obtient ainsi une interconnexion entre plusieurs réservoirs géothermiques. L’eau est ensuite introduite dans ces réservoirs et la chaleur la transforme en vapeur dont la pression actionne des turbines en surface afin de produire de l’électricité.  

La fracturation est une technique employée pour extraire les énergies fossiles. Elle cause souvent des controverses comme on a pu le voir récemment en France à propos des gaz de schistes. Dans une zone volcanique comme celle du Newberry, on craint que la fracturation déclenche des séismes mais des études conduites par la Royal Society et la Royal Academy of Engineering indiquent que « les séismes sont peu probables si les sociétés utilisent  les meilleurs moyens et respectent les procédures en vigueur ». On appréciera les nuances !

Si le projet rencontre le succès espéré, on aura franchi un grand pas en comparaison de l’extraction géothermique classique qui consiste à utiliser la vapeur d’eau chaude sous pression qui s’est accumulée naturellement dans les profondeurs. On peut donner l’exemple de Larderello en Toscane qui utilise cette technologie depuis longtemps.

Selon un rapport publié en 2006, un investissement d’un milliard de dollars aux Etats-Unis sur une période de 15 ans permettra de produire plus de 200 000 mégawatts d’électricité en 2050. A titre de comparaison, le plus puissant réacteur nucléaire français produit 1600 mégawatts.

Il est prévu de mettre en place les réservoirs géothermiques cet automne. On procèdera ensuite au forage des puits de production qui permettront de relier les fractures de roches. On effectuera ensuite des tests pour voir si l’échange de chaleur se produit efficacement et un réseau sismique très sensible sera mis en place afin de vérifier la sécurité du système. Cette phase devrait se terminer en 2014, année où la société Alta Rock espère avoir les preuves que le projet est à la fois performant et rentable.

newberry volcano, énergie géothermique,volcans

Grande coulée l’obsidienne à proximité du Newberry (Photo: C. Grandpey)

 

Article de Bernard Duyck sur le même sujet, sur son blog : http://earth-of-fire.over-blog.com/

Les possibilités offertes au niveau de l’exploitation géothermique dans les zones volcaniques ont été évoquées récemment.

Il s’agit cette fois du volcan Newberry, appelé par l’USGS « le géant endormi  » ! Sa dernière éruption date de l’an 690 +/- 100 ans, et est responsable de la coulée d’obsidienne rhyolitique « Big obsidian flow ».

 

usa-2220-copie.jpg

Newberry – la « Big obsidian flow » et East Lake – photo © Jean-Michel Mestdagh.

 

usa-2096-copie.jpg

Newberry –  au sein de la coulée d’obsidienne – photo © Jean-Michel Mestdagh.

Un premier projet de forage par la société Davenport Newberry dans une zone située à l’ouest du volcan n’a pas été suivi d’exploitation.

 Le projet a resurgit lorsqu’un nouveau partenaire s’est présenté. Alta Rock Energy s’est associé à Davenport, en apportant une technique différente appelée « fracking » … il s’agit en fait de la technique de fracturation des roches : elle consiste à injecter de l’eau (plus des produits chimiques) sous très forte pression dans les fractures existantes jusqu’à trois kilomètres de profondeur, et mettre en communication divers réservoirs géothermiques. L’eau injectée dans les réservoirs est transformée en vapeur qui remonte en surface pour alimenter des turbines pour produire de l’électricité.

 

Newberry-drilling-06.2012.jpg

Forage par Alta Rock Energy au volcan Newberry en juin 2012 – photo Newberry geothermal

 

800px-HydroFracturing-for-shale-gas---environmental-effects.png

 

Schéma du procédé d’hydrofracturation, ou fracking, utilisé pour l’exploitation du gaz de schiste – les nombreux points d’interrogation témoignent des effets potentiels sur l’environnement – doc. Mikenorton.

Ce projet de 43,8 Millions de dollars est à moitié financé par le ministère de l’énergie, qui estime la production du site à 10% de l’alimentation en énergie des Etats-Unis, ceci sans utilisation de combustibles fossiles.

Ce projet a alimenté une controverse, en raison des substance chimiques polluantes utilisées en hydrofracking par les industries du gaz et du pétrole, et des effets potentiellement négatifs de cette technique sur l’environnement.

En cas de succès de la campagne de forage, une demande d’exploitation commerciale sera introduite. Le projet est ambitieux … 200.000 MWe sont envisagés à l’horizon 2050.

 Le forage et les injections de fluides pourraient causer une augmentation des petits séismes ; ceux-ci ne devraient cependant pas « déstabiliser » le volcan, ni causer une éruption, quoique le Newberry soit toujours considéré comme actif !

 

Sources :

– Forbes – Geothermal company drills into a volcano

– Wired Science – Eruptions blog – Drilling into Newberry caldera – 01.2012 –

– Oregonlive – Is energy solution under Oregon volcano ? – 2008 –

– USGS – Newberry volcano – Central Oregon’s sleeping giant –

– Gasland – Fracking project –

Coulée pyroplastique

le 16 octobre 2012 par Sylvie

Pour voir  une coulée pyroclastique, il  suffit de cliquer sur le lien ci-dessous ; il s’agit d’une vidéo montrant une telle avalanche sur l’Arenal (Costa Rica) le 24 mai 2010.

http://vimeo.com/13651988