3èmes Journées Tazieff, à Octon du 29 mai au 2 juin 2013

le 9 mai 2013 par Sylvie

Les 3èmes Journées Tazieff, organisées par l’APNHC, présidée par Bernard Halleux, le Centre Haroun Tazieff présidé par Frédéric Lavachery, et l’association LAVE, représentée par Claude Lesclingand, président d’honneur, auront lieu à Octon, dans l’Hérault, du 29 mai au 2 juin.

On pourra découvrir des expositions sur les expéditions Tazieff et sur les Volcans d’Europe. Les scolaires et centres aérés seront accueillis et bénéficieront d’ateliers scientifiques  animés par Bernard Halleux.  Sont aussi prévues pour les scolaires une sortie sur le terrain encadrée par Claude Lesclingand et Jean-François Dumont, près du Salacs.

Des sorties tout public sont prévues le samedi et dimanche, la 1ère portant sur le thème : coulée, Dyke et Necke, celle de dimanche sur le Château de Lauzière. Quatre conférences sont programmées : les paysages des terres rouges par M. Dumont, Les volcans éteints de l’Hérault par M. Dautria, les terroirs viticoles, paysages et géologie du Lodévois et du pays du Salagou par M. Bousquet et enfin l’épopée Tazieff : aventure ou recherche scientifique par Frédéric Lavachery.

Voici le programme complet ainsi que le dossier de presse :

programme 3èmes Journées Tazieff Octon

dossierdepresse3émesJHTOcton

 

Eruption du Maya le 7 mai 2013, 5 randonneurs ont trouvé la mort, article de Claude Grandpey sur les questions que cela pose.

le 9 mai 2013 par Sylvie

5 randonneurs ont été tués et au moins 7 autres ont été gravement blessés le 7 mai 2013 près du cratère du Mayon (Philippines) quand il a projeté d’énormes blocs et de la cendre aux premières heures de la matinée. Le volcan traversait une période calme et les 20 randonneurs du groupe ont été surpris par une explosion aussi soudaine que violente. C’est la première éruption de ce volcan depuis trois ans.
Les randonneurs décédés ont été frappés par d’énormes rochers qui, selon un guide, étaient « gros comme la salle de séjour d’une maison ». Parmi les morts figurent un Allemand, un Autrichien et un Philippin. Les blessés comprennent des étrangers et les guides philippins. Certains sont dans un état critique.

Le niveau d’alerte n’a pas été relevé après la dernière éruption et aucune évacuation n’est prévue.

Ce type d’événement n’a rien d’exceptionnel sur un volcan actif où l’on observe parfois la libération soudaine et violente d’une poche de gaz qui s’est accumulé sous le sommet. J’ai eu l’occasion d’assister à ce phénomène sur l’Etna en période calme. J’ai vu le plancher de la Voragine se soulever sous la pression des gaz avant de produire deux grosses explosions qui ont projeté des blocs au-delà de la lèvre du cratère.

Dans le cas du Mayon, le PHILVOCS indique qu’il s’agit d’une éruption phréatique provoquée par le contact entre l’eau – il avait beaucoup plu aux Philippines avant l’accident – qui est entrée en contact avec la lave à haute température. Cet événement n’est pas sans rappeler l’éruption phréatique à la Soufrière de la Guadeloupe en 1976. Elle est décrite par Haroun Tazieff dans plusieurs ouvrages comme Volcans (Ed. Bordas, 1996)  où Garouk s’attarde sur « l’affaire de La Soufrière ».

L’éruption du Mayon conduit à se demander pourquoi les touristes locaux et étrangers ont été autorisés à se rendre à proximité du volcan, en sachant qu’il existe une zone de danger permanent de six kilomètres autour de ce dernier.
L’activité de randonnée autour du Mayon est habituelle pendant l’été et certaines agences de voyages s’en servent pour promouvoir le tourisme local. Alors que ces dernières sont autorisées à organiser des sorties sur le Mayon, il y a aussi des habitants de la région qui gagnent leur vie en servant de guides pour les touristes locaux et étrangers.
Le Président des Philippines a immédiatement ordonné une enquête pour savoir pourquoi les touristes ont été autorisés à entrer dans la zone de danger permanent autour du volcan. Préoccupé par la sécurité des personnes, il a demandé aux autorités concernées de se renseigner sur les «paramètres» de la zone où existent les restrictions d’accès. La presse philippine indique qu’il a été demandé aux gouvernements locaux de renforcer les mesures de sécurité autour du volcan. Il est reproché aux agences de voyages d’embaucher (comme ce fut le cas le 7 mai) des guides non accrédités par le Ministère du Tourisme. De plus, les randonneurs victimes de l’éruption ne possédaient pas les autorisations d’ascension du volcan délivrées par le Department of Environment and Natural Resources (DENR).

La dernière éruption meurtrière du Mayon avait eu lieu en février 1993. 77 personnes avaient alors perdu la vie. Cette éruption est décrite dans mon livre « Killer Volcanoes – Eruptions meurtrières des temps modernes ».

 

Claude Grandpey

Vice-Président de L.A.V.E .

Bilan de l’hiver 2012/2013 : partie 1

le 13 avril 2013 par meteo

L’hiver n’est pas encore tout à fait terminé mais nous pouvons d’ores et déjà dressé un bilan de celui-ci.

Mesures de neige au village des Estables

Avec un cumul de 372cm en 94 jours, cet hiver est un peu plus enneigé que la moyenne (360cm) et peut-être qualifié de perturbé (nombre de jours avec chute de neige supérieur à la moyenne).

Cet hiver parait plus enneigé qu’il ne le fut en réalité car il fait suite à deux hivers peu enneigés (cumul de 169cm en 2011/2012 et de 202cm en 2010/2011). Nous restons bien loin de l’hiver 2009/2010 et ses 492cm de cumul.

Le sol a été enneigé pendant 109 jours, c’est plus que 2011/2012 (64 jours) et 2010/2011 (78 jours) et globalement dans les moyennes.

Pour la troisième fois d’affilé, l’épaisseur de neige maximale a été observée au tout début de l’hiver. Un phénomène relativement surprenant quand on sait que l’épaisseur maximale est, en moyenne, observée début mars au niveau du village des Estables et que le mois de décembre est, en temps normal, moins enneigé que février.

 

graph-neige

Le fait marquant de cet hiver fut la différence altitudinale d’enneigement. Les redoux de fin décembre, janvier et mars ont en effet été relativement dévastateurs à l’altitude des Estables alors qu’ils ont été beaucoup plus faibles et même parfois profitables (apport neigeux) aux altitudes plus élevées.

Au dessus de 1500m, on compte ainsi près de 138 jours d’enneigement continu (du 27 novembre au 13 Avril) et l’épaisseur de neige, encore importante sur les plateaux sommitales situés vers 1600m (plus d’1m), laisse envisager l’ajout de 10 à 15 jours supplémentaires à cette série. Soit un total de 150 à 160 jours d’enneigement continu.

Autre fait intéressant, tandis que l’épaisseur de neige maximale a été observée en début d’hiver au village, celle-ci a été observée vers le 10 Avril en versant nord à 1650m d’altitude. Un fait qui, s’il en était besoin, nous prouve le monde climatique qui sépare nos prairies de moyenne altitude des zones boisées situées 200 à 300m plus haut. La forêt jouant le rôle de stabilisateur climatique (protection du vent, accumulation de la neige « comme dans les Alpes ») alors que les prairies  sont exposées à tous les caprices d’éole avec des accumulations de neige liées au transport éolien.

12

13

Alors que les prairies situées à 1300m reverdissent, on observe l’enneigement maximal de l’hiver près de nos sommets

 

Les chutes de neige de l’hiver

Sur le nord de notre massif, à proximité du Mézenc, les chutes de neige les plus importantes de l’hiver furent celles de fin novembre. Un retour d’est plutôt costaud s’est en effet bloqué pendant trois jours sur l’est du Massif-Central, amenant de 50 à 70cm de poudreuse sur les sommets du Vivarais.

Sur le sud du massif ce fut au contraire l’épisode du 17 et 18 mars qui fut le plus conséquent. Une puissance alimentation méditerranéenne a en effet apporté pendant 48h des précipitations neigeuses conséquentes du Tanargue à l’est du plateau Ardéchois (et dans une moindre mesure sur les Boutières et le Mézenc, mais rien du tout sur le nord du plateau du Mézenc, en allant vers Meygal).

On a ainsi relevé une couche de 1m de neige fraîche à Lachamp-Raphael de 80cm à La-Croix-de-Bauzon, la couche la plus importante a été observée entre le bois de Cuze et Rieutord, sur la bordure sud-est du plateau, la plus exposée aux remontées méditerranéennes de sud-ouest (comme ce fut le cas lors de cet épisode).

Cet épisode neigeux, le plus important depuis trois hivers, a surpris tout le monde. Le village de Lachamp-Raphael s’est ainsi retrouvé coupé du monde pendant près de trois jours. Cette neige est tombée jusqu’à basse altitude, dans la vallée de la Baume, sous Loubaresse, les sols sont ainsi restés blancs pendant de nombreux jours jusqu’en fond de vallée (600m).

17

Le village de Lachamp bien enneigé

37

La montagne Ardéchoise sous son plus beau jour

44

La vallée de la Baume, neige jusqu’en fond de vallée en ubac

how to increase penis size

Dans la seconde partie de ce petit dossier nous reviendrons sur les températures et la pluviométrie de cet hiver 2012/2013 ainsi que sur un phénomène bien particulier observé près du Chaulet, aux Estables.

Un nouveau numéro du Web magazine sur les volcans, réalisé par Eric Reiter

le 1 avril 2013 par Sylvie

Ce nouveau numéro du web magazine, dont la parution est trimestrielle, vient de sortir à la mi-mars. Au sommaire : les orgues basaltiques, les risques volcanologiques et l’île de la Réunion. Comme dans chaque numéro, vous y trouverez de belles photos.

A découvrir et à feuilleter sur http://lemondedesvolcan.p.ht/Webzine

 

Killer Volcanoes, éruptions meutrières des temps modernes, de Claude Grandpey

le 13 mars 2013 par Sylvie

« Killer Volcanoes » décrit les éruptions les plus meurtrières des dernières décennies. C’est un livre auto-édité de 210 pages. Format 21 X 13,5.

Prix 10 euros.  Il peut être commandé (3 euros de frais d’envoi pour la France, 4 euros pour l’international et l’outre-mer) en adressant un courrier électronique à: grandpeyc@club-internet.fr

Killer-Volcanoes-1-couvCouv-4e-killer-volcanoes

Claude Grandpey, membre du CHT, auteur du blog http://volcans.blogs-de-voyage.fr  dont les articles alimentent le site tazieff.fr a déjà écrit d’autres livres : Mémoires Volcaniques, Terre de Feu et Volcanecdotes.