Topographie des Narces de Chaudeyrolles

le 20 mai 2013 par Sylvie

Narce

 

Compte-rendu de l’assemblée générale du CHT du 21 avril 2013

le 19 mai 2013 par Sylvie

Le Centre Haroun Tazieff a tenu son assemblée générale le dimanche 21 avril 2013 à Borée. 22 personnes étaient présentes venant de Haute-Loire, d’Ardèche mais aussi de Lyon, d’Isère ou encore de Paris. 12 personnes ont donné une procuration pour se faire représenter et participer aux votes. Au total, l’association compte 70 membres.

Deux compagnons d’Haroun Tazieff étaient présents : Marcel Bof et Jacques Varet qui nous ont raconté leur parcours et notamment leur rencontre et collaboration avec Tazieff.

Lors de cette assemblée, un comité scientifique a été créé ainsi qu’une section Chaudeyrolles.

Ont été abordés : le rapport financier et moral, les actions du CHT en 2012 et les perspectives pour 2013-2014. Citons les Journées Tazieff du 29 mai au 2 juin 2013 à Octon, la rédaction de la biographie de Tazieff rédigé par son fils, les commémorations du centenaire de la naissance de Tazieff en 2014 et les manifestations dans le cadre du projet Coménius.

Vous trouverez les détails dans le compte-rendu ci-dessous :

résumé AG du 21 avril 2013

Hommage à Haroun Tazieff, bulletin N°31 CAPSU, sur la prévention des risques naturels

le 9 mai 2013 par Sylvie

Lors de son bulletin N°31, de mai 2003, le Conseil d’Action pour la Prévention des accidents et les Secours d’Urgence rendait hommage à Haroun Tazieff qui en 1981 avait été commissaire aux risques naturels majeurs puis en 1984 secrétaire d’état chargé de la Prévention des risques naturels et technologiques majeurs.

Dans ce numéro, vous trouverez l’éditorial que Haroun Tazieff avait signé en septembre 1983 dans « Science et Vie » ainsi qu’une conférence de presse qu’il avait donnée le 13 février 1986.

Haroun TAZIEFF – Bull 31 CAPSU – 5.

3èmes Journées Tazieff, à Octon du 29 mai au 2 juin 2013

le 9 mai 2013 par Sylvie

Les 3èmes Journées Tazieff, organisées par l’APNHC, présidée par Bernard Halleux, le Centre Haroun Tazieff présidé par Frédéric Lavachery, et l’association LAVE, représentée par Claude Lesclingand, président d’honneur, auront lieu à Octon, dans l’Hérault, du 29 mai au 2 juin.

On pourra découvrir des expositions sur les expéditions Tazieff et sur les Volcans d’Europe. Les scolaires et centres aérés seront accueillis et bénéficieront d’ateliers scientifiques  animés par Bernard Halleux.  Sont aussi prévues pour les scolaires une sortie sur le terrain encadrée par Claude Lesclingand et Jean-François Dumont, près du Salacs.

Des sorties tout public sont prévues le samedi et dimanche, la 1ère portant sur le thème : coulée, Dyke et Necke, celle de dimanche sur le Château de Lauzière. Quatre conférences sont programmées : les paysages des terres rouges par M. Dumont, Les volcans éteints de l’Hérault par M. Dautria, les terroirs viticoles, paysages et géologie du Lodévois et du pays du Salagou par M. Bousquet et enfin l’épopée Tazieff : aventure ou recherche scientifique par Frédéric Lavachery.

Voici le programme complet ainsi que le dossier de presse :

programme 3èmes Journées Tazieff Octon

dossierdepresse3émesJHTOcton

 

Eruption du Maya le 7 mai 2013, 5 randonneurs ont trouvé la mort, article de Claude Grandpey sur les questions que cela pose.

le 9 mai 2013 par Sylvie

5 randonneurs ont été tués et au moins 7 autres ont été gravement blessés le 7 mai 2013 près du cratère du Mayon (Philippines) quand il a projeté d’énormes blocs et de la cendre aux premières heures de la matinée. Le volcan traversait une période calme et les 20 randonneurs du groupe ont été surpris par une explosion aussi soudaine que violente. C’est la première éruption de ce volcan depuis trois ans.
Les randonneurs décédés ont été frappés par d’énormes rochers qui, selon un guide, étaient « gros comme la salle de séjour d’une maison ». Parmi les morts figurent un Allemand, un Autrichien et un Philippin. Les blessés comprennent des étrangers et les guides philippins. Certains sont dans un état critique.

Le niveau d’alerte n’a pas été relevé après la dernière éruption et aucune évacuation n’est prévue.

Ce type d’événement n’a rien d’exceptionnel sur un volcan actif où l’on observe parfois la libération soudaine et violente d’une poche de gaz qui s’est accumulé sous le sommet. J’ai eu l’occasion d’assister à ce phénomène sur l’Etna en période calme. J’ai vu le plancher de la Voragine se soulever sous la pression des gaz avant de produire deux grosses explosions qui ont projeté des blocs au-delà de la lèvre du cratère.

Dans le cas du Mayon, le PHILVOCS indique qu’il s’agit d’une éruption phréatique provoquée par le contact entre l’eau – il avait beaucoup plu aux Philippines avant l’accident – qui est entrée en contact avec la lave à haute température. Cet événement n’est pas sans rappeler l’éruption phréatique à la Soufrière de la Guadeloupe en 1976. Elle est décrite par Haroun Tazieff dans plusieurs ouvrages comme Volcans (Ed. Bordas, 1996)  où Garouk s’attarde sur « l’affaire de La Soufrière ».

L’éruption du Mayon conduit à se demander pourquoi les touristes locaux et étrangers ont été autorisés à se rendre à proximité du volcan, en sachant qu’il existe une zone de danger permanent de six kilomètres autour de ce dernier.
L’activité de randonnée autour du Mayon est habituelle pendant l’été et certaines agences de voyages s’en servent pour promouvoir le tourisme local. Alors que ces dernières sont autorisées à organiser des sorties sur le Mayon, il y a aussi des habitants de la région qui gagnent leur vie en servant de guides pour les touristes locaux et étrangers.
Le Président des Philippines a immédiatement ordonné une enquête pour savoir pourquoi les touristes ont été autorisés à entrer dans la zone de danger permanent autour du volcan. Préoccupé par la sécurité des personnes, il a demandé aux autorités concernées de se renseigner sur les «paramètres» de la zone où existent les restrictions d’accès. La presse philippine indique qu’il a été demandé aux gouvernements locaux de renforcer les mesures de sécurité autour du volcan. Il est reproché aux agences de voyages d’embaucher (comme ce fut le cas le 7 mai) des guides non accrédités par le Ministère du Tourisme. De plus, les randonneurs victimes de l’éruption ne possédaient pas les autorisations d’ascension du volcan délivrées par le Department of Environment and Natural Resources (DENR).

La dernière éruption meurtrière du Mayon avait eu lieu en février 1993. 77 personnes avaient alors perdu la vie. Cette éruption est décrite dans mon livre « Killer Volcanoes – Eruptions meurtrières des temps modernes ».

 

Claude Grandpey

Vice-Président de L.A.V.E .