Nyiragongo (République Démocratique du Congo): le volcan n’est pas la seule menace, article de Claude Grandpey

le 22 juin 2013 par Sylvie

  On en parle peu, mais la situation reste tendue et précaire à Goma, au pied du Nyiragongo. Le plus grave, c’est que le conflit armé et le groupe de rebelles M23 empêchent les scientifiques de contrôler l’activité du volcan. Les appareils de mesures ont été pillés par les groupes armés et tout le secteur autour du Nyiragongo a été déclaré zone interdite par les rebelles qui défendent leur position stratégique au-dessus de Goma.

Il ne faudrait pas oublier non plus le Lac Kivu et ses énormes quantités de méthane et de CO2. On sait qu’une activité sismique importante ou l’arrivée de la lave du Nyiragongo dans le lac pourraient générer une catastrophe. On a vu, au cours de la dernière éruption, que la lave pouvait faire exploser les stations-service auxquelles s’ajouteraient aujourd’hui les dépôts de munitions.

 

Si une éruption du Nyiragongo devait se produire, les autorités pensent que, dans le pire des cas, il faudrait évacuer les deux tiers de Goma. Un système de drapeaux (vert, rouge) a été mis en place dans ce but. Pourtant, les habitants ne font pas confiance à l’observatoire et disent qu’ils devront se débrouiller seuls si une éruption devait avoir lieu. Ils rappellent que la dernière éruption avait été annoncée par certains signes. Par exemple, la bière faite avec les bananes fermentait plus vite qu’à l’accoutumée car le sol était plus chaud. D’autre part, des enfants avaient été asphyxiés par des gaz toxiques. Les habitants de Goma ne font pas confiance non plus au gouvernement congolais. Comme le dit la propriétaire du Volcano Hotel dont le rez-de-chaussée a été envahi par la lave de la dernière éruption : « Gouvernement ? Quel gouvernement ? Il n’y a pas de gouvernement dans ce pays ! »

 

Source : Agence Reuters.

Quelques photos de l’Etna actuellement plus calme mais magnifique tout de même, article et photos de Claude Grandpey

le 22 juin 2013 par Sylvie

Les volcans sont beaux quand ils sont en éruption mais ils le sont aussi en période de repos. L’Etna n’échappe pas à la règle. Profitons du calme actuel pour s’attarder sur quelques sites qui ont croisé mon objectif photographique.

Etna-couleurs-02

Etna-couleurs-03

Etna-couleurs-04

Etna-couleurs-05

Etna-couleurs-06

Etna-couleurs-07

Etna-couleurs-08

http://volcans.blogs-de-voyage.fr/

L’Etna inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, article de unesco.org

le 22 juin 2013 par Sylvie
Ce site emblématique recouvre une zone inhabitée de 19 237 ha, il s’agit des parties les plus hautes du Mont Etna, sur le littoral oriental de la Sicile. L’Etna est la plus haute montagne se trouvant sur une île méditerranéenne mais aussi le stratovolcan le plus actif du monde. Cette activité volcanique remonte à plus de 500 000 ans et elle est décrite depuis au moins 2 700 ans. L’activité éruptive quasi continue de l’Etna continue d’influencer la vulcanologie, la géophysique et d’autres disciplines des sciences de la terre. Le volcan abrite d’importants écosystèmes, y compris une flore et une faune endémiques uniques. Compte tenu de son activité, l’Etna représente un laboratoire naturel pour l’étude des processus écologiques et biologiques. L’assemblage accessible et varié de caractéristiques volcaniques telles que les cratères de sommet, les cônes de cendre, les coulées de lave, les grottes de lave et la dépression du Valle de Bove fait de l’Etna une destination privilégiée pour la recherche et l’éducation.

http://whc.unesco.org/fr/actualites/1042

 

Festival Montagne, ouvre-toi ! les 29 et 30 juin à Borée, article de Jean-Claude Ribeyre

le 22 juin 2013 par Sylvie

– L’Association pour la Protection des Paysages Exceptionnels du Mézenc,
– l’association Chœurs de Volcans, de Sources et de Montagnes,
– le Centre Haroun Tazieff pour les sciences de la Terre et sa Section de Chaudeyrolles,
– le Musée des Croyances Populaires de l’Espace Culturel Européen du Monastier-sur Gazeille,

tiendront ensemble un stand lors du festival « Montagne, Ouvre-toi ! » à Borée les 29 et 30 juin pour présenter leur coopération pour la découverte et la valorisation de la diversité du patrimoine du massif Mézenc-Gerbier de Jonc.

Enveloppe de tous les enjeux de la société parce que nos choix s’y inscrivent inéluctablement, le paysage devient un élément central du patrimoine commun. Chacune à sa manière, ces associations s’ancrent dans le terrain naturel et le terreau culturel de ce pays de confins qu’est le Mézenc.

La beauté des paysages, aujourd’hui, engage l’homme. Hier, nos aïeux n’avaient pas à s’en inquiéter.

Le stand partagé sous le signe des paysages du Mézenc concrétisera les synergies engagées cette année. Il présentera les projets pour 2014, qui auront notamment pour siège l’étonnant alignement du Vivarais qui, de Saint-Front en Haute-Loire à Bourg Saint-Andéol en Ardèche, articule sur 80 km patrimoine naturel et traditions culturelles.
EN SAVOIR PLUS :
http://montagne.ouvre.toi.free.fr/festival-2013/

présentation du programme et des activités proposées : programme festival 1

programme festival 2

Le projet d’extension du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche : une victoire du développement culturel et économique, par Frédéric Lavachery, président du CHT

le 22 juin 2013 par Sylvie

Le 13 juin, à 20h30 à Freycenet-la-Tour, les élus de la communauté de communes du Mézenc-Loire Sauvage se sont prononcés sur la nouvelle charte du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche et sur la proposition d’extension du Parc à 12 communes du massif situées en Haute-Loire : Champclause, Chaudeyrolles, les Estables, Fay-sur-Lignon, Freycenet-la-Cuche, Freycenet-la-Tour, Laussonne, le Monastier-sur-Gazeille, Moudeyres, Présailles, Saint-Front, les Vastres.

Le président du Conseil général de Haute-Loire, celui de la Communauté de communes du Mézenc-Loire Sauvage et le député Laurent Wauquiez avaient convaincus une majorité de maires de refuser cette extension, tandis que plusieurs communes de Haute-Loire y étaient favorables.

Ce jeudi 13 juin, les délégués communautaires ont accepté de ne pas délibérer, laissant les communes concernées libres d’entrer dans le Parc.

Pour en arriver là, il aura fallu, à la suite de vigoureuses interventions, que le Président Philippe Delabre se rende compte que le maintien de l’intransigeance allait mettre le feu aux poudres au sein du conseil communautaire. A dix mois des élections communales, dans une communauté de commune déjà fortement fragilisée par la réforme de la collecte des ordures ménagères conçue par le SICTOM « Entre Monts et Vallées », il était sage en effet de lâcher du lest.

D’autant que, chose rarissime pour ce conseil communautaire, une cinquantaine de citoyens étaient venus observer le déroulement de la séance, mobilisés par le « Collectif Valorisons nos Déchets ». Pour la première fois en cette législature, nombre d’élus ont osé s’exprimer à l’encontre de ce qui avait été décidé en petit comité.

Pour le Centre Haroun Tazieff et son action à Chaudeyrolles, c’est tout le travail de fond engagé depuis 2008 pour le développement du massif du Mézenc qui va pouvoir se déployer en dehors des chausse-trapes régulièrement posées sur sa route en Haute-Loire par les collectivités territoriales locales.