Le projet d’extension du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche : une victoire du développement culturel et économique, par Frédéric Lavachery, président du CHT

le 22 juin 2013 par Sylvie

Le 13 juin, à 20h30 à Freycenet-la-Tour, les élus de la communauté de communes du Mézenc-Loire Sauvage se sont prononcés sur la nouvelle charte du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche et sur la proposition d’extension du Parc à 12 communes du massif situées en Haute-Loire : Champclause, Chaudeyrolles, les Estables, Fay-sur-Lignon, Freycenet-la-Cuche, Freycenet-la-Tour, Laussonne, le Monastier-sur-Gazeille, Moudeyres, Présailles, Saint-Front, les Vastres.

Le président du Conseil général de Haute-Loire, celui de la Communauté de communes du Mézenc-Loire Sauvage et le député Laurent Wauquiez avaient convaincus une majorité de maires de refuser cette extension, tandis que plusieurs communes de Haute-Loire y étaient favorables.

Ce jeudi 13 juin, les délégués communautaires ont accepté de ne pas délibérer, laissant les communes concernées libres d’entrer dans le Parc.

Pour en arriver là, il aura fallu, à la suite de vigoureuses interventions, que le Président Philippe Delabre se rende compte que le maintien de l’intransigeance allait mettre le feu aux poudres au sein du conseil communautaire. A dix mois des élections communales, dans une communauté de commune déjà fortement fragilisée par la réforme de la collecte des ordures ménagères conçue par le SICTOM « Entre Monts et Vallées », il était sage en effet de lâcher du lest.

D’autant que, chose rarissime pour ce conseil communautaire, une cinquantaine de citoyens étaient venus observer le déroulement de la séance, mobilisés par le « Collectif Valorisons nos Déchets ». Pour la première fois en cette législature, nombre d’élus ont osé s’exprimer à l’encontre de ce qui avait été décidé en petit comité.

Pour le Centre Haroun Tazieff et son action à Chaudeyrolles, c’est tout le travail de fond engagé depuis 2008 pour le développement du massif du Mézenc qui va pouvoir se déployer en dehors des chausse-trapes régulièrement posées sur sa route en Haute-Loire par les collectivités territoriales locales.

Un excellent bilan pour les Journées Tazieff qui ont eu lieu à Octon du 29 mai au 2 juin 2013

le 13 juin 2013 par Sylvie

C’étaient la troisième édition des Journées Tazieff organisées par l’Association pour la Protection de la Nature des Hauts Cantons de l’Hérault (APNHC)  présidée par Bernard Halleux, le Centre Haroun Tazieff présidé par Frédéric Lavachery, par L’Association Volcanologique Europééenne représentée par son président d’honneur Claude Lesclingand  et par Claude Grandpey, vice-président, et enfin par la communauté de Communes du Clermontais.

Lors de l’inauguration, la bibliothéque communale qui tient aussi lieu de bureau d’information du tourisme intercommunal pour la valorisation de ce magnifique patrimoine naturel et géologique est devenue l’espace Haroun Tazieff.

Octon 30 mai 05

Octon 30 mai 07

L’inauguration s’est faite en présence de Michel Siffre, géologue, passionné par la spéologie qui a fortement contribué à a compréhension de la chronobiologie grâce à ses expériences hors du temps, présence qui a été fortement appréciée.

Octon 30 mai 08

Ces Journées Tazieff  ont connu une belle affluence : 355 élèves sont venus voir l’exposition à la salle des fêtes, certains ont pu  participer à des ateliers scientifiques. ou s’initier à la géologie en bénéficiant de sorties sur le terrain encadrées par Claude Lesclingand et Jean-François Dumont, géologue des Mas des Terres Rouges. Des sorties grand public ont été proposées et animées par Frédéric Lavachery et Claude lesclingand pour découvrir les coulées de lave à la roque et au-dessus du Château des lauzières. Ces balades, qui ont attiré une cinquantaine de personnes, ont été intéressantes et conviviales, d’autant que la vallée du Salagou est un magnifique livre ouvert de géologie. Le public a pu assister à quatre conférences : les paysages des terres rouges animée par Jean-François Dumont, les volcans éteints de l’Hérault par Jean-marie Dautria, docteur en géologie, Terroirs viticoles, paysages et géologie du Lodévois et pays du Salagou, et enfin l’épopée Tazieff, aventure ou recherche scientifique par Frédée=ric Lavachery.

 octon-30-mai-02    octon-30-mai-01  octon-30-mai-03   octon-30-mai-09   club-des-cinq    cl1   fl2   bh3   bh4   bh2

 

Rendez-vous l’année prochaine pour les Journées Tazieff dans la Vallée du Salagou du 11 au 15 juin 2014, pendant lesquelles sera célébré le centenaire de la naissance d’Haroun Tazieff.

 

 

Rencontres chorales du 14 au 19 mai 2013

le 25 mai 2013 par Sylvie

Dans le cadre du troisième festival « Montagne, Ouvre-toi ! » (http://montagne.ouvre.toi.free.fr/) les deuxièmes rencontres de chœurs de contrées de volcans, de sources et de montagnes se sont déroulées du 16 au 19 mai sur le Mézenc.

 La chorale « Voy-ci Voix-là », du Mazet Saint-Voy, sous le pic du Lisieux en Haute-Loire, et la chorale de l’Orion, de Vaudevant, en Ardèche Verte, ont ouvert ces rencontres à l’église de Chaudeyrolles. Deux ensembles d’amateurs, le premier qui a dix ans, le second qui se produisait en public pour la première fois. Les choristes de Vaudevant, membres d’une association qui propose des séjours, des stages et des randonnées (http://orion07.free.fr/), sont revenus à Chaudeyrolles la semaine suivante pour établir des contacts avec des hébergeurs du Mézenc en vue de définir des parcours de randonnées à cheval. Ce fut l’occasion de faire connaître la nouvelle association « Cavalier des Hautes Terres » de Fay-sur-Lignon (http://www.cavaliers-des-hautes-terres.com/).

 Le chœur d’hommes amateur « Canto Verdoun » nous est venu du village de Colmars-les-Alpes, dans le Parc National du Mercantour (http://www.cantoverdoun.com/). Seuls en concert à l’église de Chanéac pour offrir un florilège de chants de montagnes d’Occitanie et d’Italie, ils furent associés à l’ensemble polyphonique russe professionnel « Kouban, les Grandes Voix Cosaques » (http://www.kouban.fr/index.php?lang=french) le samedi à l’église de Borée et le dimanche en l’abbatiale du Monastier-sur-Gazeille.

 Très chaleureusement salués par le public, ces deux ensembles nous sont venus d’autres massifs, le Mercantour et le Kouban. Le fleuve Kouban prend sa source sur la plus haute montagne d’Europe, le mont Elbrouz. Ce volcan explosif en sommeil, d’âge et de dynamisme comparables à ceux du Mézenc, a vu naître de nombreuses légendes, comme celle du Titan Prométhée. Les contes et légendes du Velay et du Vivarais sont, eux, l’objet du remarquable musée des croyances populaires (http://www.musee-des-croyances-populaires.org/) installé au château du Monastier-sur-Gazeille que les choristes de Canto Verdoun ont pu visiter, l’un d’entre eux remarquant que certaines de ces légendes sont fort semblables à ce que la tradition orale perpétue dans le Mercantour.

 Ces rencontres ont permis à l’association « Choeurs de Volcans, de Sources et de Montagnes » de susciter la curiosité du public comme des choristes en associant l’intérêt pour ces récits illustrés au musée du Monastier à l’alignement énigmatique qui articule sur 80 km quatre volcans explosifs du Velay oriental et du Vivarais à quatre lieux de culte dédiés à Saint-Andéol. Cette étrange particularité, qui semble avoir échappé jusqu’ici à l’observation, sera l’objet d’une recherche pluridisciplinaire conduite avec le musée des croyances populaires, le Centre Haroun Tazieff pour les sciences de la Terre et toutes les associations ou individus qui souhaiteront participer à une activité culturelle et scientifique inédite en Vivarais.

 Les troisièmes rencontres de chœurs de volcans, de sources et de montagnes, en 2014, participeront à la mise en lumière de cet étonnant aspect du patrimoine local, qui semble bien articuler la structure volcano-tectonique aux plus profondes productions culturelles du pays.

Les choristes de Canto Verdoun, en visite à la ferme du Bourlatier, furent étonnés de la qualité de l’acoustique de ce haut-lieu des traditions du Plateau. Nos rencontres de 2014 exploiteront sans doute cette découverte commune.

 En dépit d’un hiver accrocheur en diable comme d’une organisation et d’une communication marquées par un amateurisme poussé, ces rencontres ont donc ouvert des perspectives concrètes, y compris par les échanges noués entre agriculteurs du Mézenc et du Mercantour.

 Le festival « Montagne, Ouvre-toi ! » qui se tendra à Borée les 29 et 30 juin exposera ces perspectives et prolongera nos rencontres de chœurs par un concert commun de « Voy-ci Voix-là » et de la chorale des Sources, de Coucouron.

L’une des pièces interprétées par l’ensemble « Kouban, les grandes voix cosaques », dans l’abbatiale Saint-Chaffre du Monastier-sur-Gazeille, le dimanche 19 mai 2013, pour le concert de clôture des deuxièmes «rencontres des Choeurs des pays de volcans, de sources & de montagnes», introduisant le festival «Montagne, ouvre-toi!» de Borée (29 et 30 juin)

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Biographie d’Haroun Tazieff intitulée « un volcan nommé Tazieff », sortie en avril 2014, écrite par son fils, Frédéric Lavachery, président du Centre Haroun tazieff

le 25 mai 2013 par Sylvie

Il ne s’agit pas de refaire une biographie en suivant un chemin chronologique car cela Haroun Tazieff l’a fait lui-même puis Roger Cans (« Tazieff, le joueur de feu », édition Sang de la Terre). Mais, il s’agit de mettre en lumière les rapports de Tazieff avec les institutions de sa profession, de mesurer ses apports  en volcanologie, et de comprendre en quoi sa méthode était innovante.

Ouvrir la biographie en commençant par la crise de la Soufrière s’est rapidement imposé. En effet, nous associons d’emblée le nom de Tazieff à cet épisode d’autant que cet événement l’a profondément marqué. De plus, la crise de la Soufrière permet de resituer d’emblée les enjeux institutionnels, éthiques et scientifiques.

Pour comprendre ces événements, il faut remonter dans le passé du jeune Tazieff, revenir à son enfance, aux racines russes, évoquer la résistance, mais aussi son goût pour le sport. Il faut se replonger dans les années d’apprentissage, retrouver les choix initiaux de Tazieff, ses choix éthiques et d’approche globale des géosciences à propos de l’Afar, de l’Erebus, ses recherches au Congo ou en Indonésie..

Puis sera évoquée la partie de sa vie qui va de la crise de la Soufrière aux années 1980.

La sortie de la  biographie,  « Un volcan nommé Tazieff » édition Archipel, est prévue pour avril 2014, année qui marque le centenaire de la naissance de Tazieff. Elle sera en vente au prix de 22 € mais il est possible de la réserver par souscription au prix de 18 € + 3,50 € pour les frais de port.

souscription-biographie

 

 

Topographie du Mont Signon

le 20 mai 2013 par Sylvie

Signon