L’extension du Parc Naturel Régional aux communes du Mézenc de Haute-Loire

le 19 décembre 2012 par Sylvie

Voici le communiqué de l’Office du tourisme intercommunal, rédigé par Raphaël Bonnet, responsable  de l’Office de Tourisme Intercommunal Mézenc – Loire Sauvage, sur Mezenc.fr

L’office du tourisme Mézenc Loire Sauvage qui travaille à l’échelle de la Communauté de communes du Mézenc et de la Loire Sauvage (17 communes de Haute-Loire) tenait le mardi 27 novembre 2012, à Boussoulet, une journée de rencontre et de réflexion avec une bonne trentaine d’hébergeurs et de prestataires d’activités de loisirs et de tourisme du massif du Mézenc.

Le thème en était: « Prestataires d’activités et hébergeurs: comment mieux travailler ensemble ? »

Elle a déjà donné des fruits par la mise en chantier de plusieurs projets de coopération entre acteurs professionnels et associatifs, membres de l’Office de tourisme.
Lors de cette journée de réflexion, tous les participants ont marqué leur intérêt pressant pour que pour que les collectivités locales se positionnent favorablement sur la charte du PNR des Monts d’Ardèche.

L’Office du tourisme Mézenc-Loire Sauvage rappelle à tous la nécessité de faire connaître leur avis dans les registres de l’enquête publique qui sont ouverts dans nos mairies jusqu’au 21 décembre, d’où le le courrier suivant à ses adhérents :

« Une enquête publique concernant la nouvelle charte du PNR des Monts d’Ardèche se déroule, jusqu’au vendredi 21 décembre.
Cette charte comprend notamment l’extension du Parc à 12 communes du massif situées en Haute-Loire (Champclause, Chaudeyrolles, les Estables, Fay sur Lignon, Freycenet-la-Cuche, Freycenet-Latour, Laussonne, le Monastier sur Gazeille, Moudeyres, Présailles, Saint-Front, les Vastres) et 7 communes du massif côté Ardèche ( en totalité Le Béage, le Cros de Géorand, Sainte-Eulalie, Sagnes et Goudoulet, Usclades et Rieutord et partiellement Mazan l’abbaye et Saint-Cirgues en montagne).

L’Office de tourisme lors de son dernier Conseil d’Administration le 15 Novembre dernier, s’est positionné en faveur de cette nouvelle charte et a demandé à chacun des acteurs touristiques de faire la démarche de s’exprimer sur celle-ci. »

Raphaël Bonnet, responsable de l’Office de Tourisme Mézenc – Loire Sauvage

 Site de l’Office du tourisme intercommunal Mezenc-Loire Sauvage  www.mezencloiresauvage.com

Site de partage des informations : Mezenc.fr

Voici l’article rédigé par Frédéric Lavachery, président du Centre Haroun Tazieff pour les Sciences de la Terre, pour défendre ce projet.

Une contribution à l’enquête publique par un citoyen de Chaudeyrolles.

L’extension du PNR des monts d’Ardèche aux communes du Mézenc de Haute-Loire concerne directement un nombre très important d’acteurs de la vie économique, culturelle et sociale de notre communauté de communes. Aucune étude, à ma connaissance, n’a été faite sur l’ampleur de cet impact. La décision sera donc prise de façon peu rationnelle, les arguments relevant dès lors de la pétition de principe. Pour sortir d’un affrontement politique de pouvoirs sur le territoire, ce qui est ma position de citoyen, d’artisan menuisier, d’élu communal, de délégué communautaire, de membre actif de douze associations locales et de président de deux associations, l’une ayant son siège à Chaudeyrolles, l’autre à Borée, je considère la question de l’extension du Parc au regard des défis posés par l’action de terrain.

La vie économique d’aujourd’hui en territoire rural de montagne soumis à un climat rude, ne peut pas être envisagée indépendamment d’un tissu social de faible densité démographique et de relativement forte identité culturelle.

– La communauté de communes du Mézenc et de la Loire Sauvage ne peut assumer ses responsabilités sans intégrer ses actions dans une vision claire de cette réalité.

La faiblesse démographique impose de renforcer les liens culturels entre habitants. La vie économique, chez nous, est étroitement dépendante de la vitalité culturelle. L’exemple de l’AOC du Fin Gras du Mézenc le montre assez, comme le montrent l’importance des lieux d’hébergement et des résidences secondaires pour l’activité des artisans du bâtiment ou celle du tourisme pour les hébergeurs, animateurs ou producteurs vivriers pratiquant la vente directe, tout comme la richesse du patrimoine paysager, naturel et historique du Mézenc pour l’éducation nationale et l’enseignement supérieur.

– Dans ce contexte spécifique de faiblesse démographique, le développement intelligent du massif ne peut se concevoir de façon saucissonnée en autant de clochers que compte le territoire du Mézenc.

– Le tissu social ne peut se densifier que dans le renforcement de ses liens culturels par une coopération toujours accrue entre les diverses catégories d’acteurs du développement intégré du massif. Un projet ne peut s’épanouir que par le développement des autres projets. Les projets strictement auto-centrés sont souvent en grande précarité économique, même les plus emblématiques du territoire, comme la Maison du Fin Gras à Chaudeyrolles.

– Les politiques publiques de développement économique, social et culturel mises en œuvre par les diverses collectivités devraient évaluer le rendement des sommes investies au regard de leur impact sur la densification culturelle des liens sociaux au sein de la population résidente du Mézenc.

– Pour conclure, sans pouvoir m’appuyer sur des données chiffrées, par mon expérience de plus de dix ans d’action culturelle, sociale et économique sur tout le territoire du Mézenc et de ses piémonts tant en Haute-Loire qu’en Ardèche, je peux témoigner de ce que l’extension du Parc des Monts d’Ardèche aux communes de Haute-Loire concernées est une nécessité. Le blocage éventuel de cette ouverture par une décision des élus communautaires entraînerait une rupture profonde au sein de nos communes, une très grande partie des acteurs économiques et associatifs liés au développement culturel en concevrait une amertume durable envers leurs élus.

Frédéric Lavachery, président du Centre Haroun Tazieff et de l’association « Choeurs de Volcans, de Sources et de Montagnes »,conseiller communal et délégué communautaire.

Le Centre Haroun Tazieff, par ses actions locales contribue à la vie du massif du Mézenc, comme l’illustre le Parcours de Randonnée de Chaudeyrolles :

http://tazieff.fr/category/pr-action-locale/