Le projet d’extension du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche : une victoire du développement culturel et économique, par Frédéric Lavachery, président du CHT

le 22 juin 2013 par Sylvie

Le 13 juin, à 20h30 à Freycenet-la-Tour, les élus de la communauté de communes du Mézenc-Loire Sauvage se sont prononcés sur la nouvelle charte du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche et sur la proposition d’extension du Parc à 12 communes du massif situées en Haute-Loire : Champclause, Chaudeyrolles, les Estables, Fay-sur-Lignon, Freycenet-la-Cuche, Freycenet-la-Tour, Laussonne, le Monastier-sur-Gazeille, Moudeyres, Présailles, Saint-Front, les Vastres.

Le président du Conseil général de Haute-Loire, celui de la Communauté de communes du Mézenc-Loire Sauvage et le député Laurent Wauquiez avaient convaincus une majorité de maires de refuser cette extension, tandis que plusieurs communes de Haute-Loire y étaient favorables.

Ce jeudi 13 juin, les délégués communautaires ont accepté de ne pas délibérer, laissant les communes concernées libres d’entrer dans le Parc.

Pour en arriver là, il aura fallu, à la suite de vigoureuses interventions, que le Président Philippe Delabre se rende compte que le maintien de l’intransigeance allait mettre le feu aux poudres au sein du conseil communautaire. A dix mois des élections communales, dans une communauté de commune déjà fortement fragilisée par la réforme de la collecte des ordures ménagères conçue par le SICTOM « Entre Monts et Vallées », il était sage en effet de lâcher du lest.

D’autant que, chose rarissime pour ce conseil communautaire, une cinquantaine de citoyens étaient venus observer le déroulement de la séance, mobilisés par le « Collectif Valorisons nos Déchets ». Pour la première fois en cette législature, nombre d’élus ont osé s’exprimer à l’encontre de ce qui avait été décidé en petit comité.

Pour le Centre Haroun Tazieff et son action à Chaudeyrolles, c’est tout le travail de fond engagé depuis 2008 pour le développement du massif du Mézenc qui va pouvoir se déployer en dehors des chausse-trapes régulièrement posées sur sa route en Haute-Loire par les collectivités territoriales locales.