Le Mont Fuji, articles de Bernard Duyck du 13 au 17 novembre 2012

le 17 novembre 2012 par Sylvie

Voici quelques photos et commentaires venant du blog de Bernard Duyck sur lequel vous retrouverez l’intégralité de ces articles avec plus d’explications sur l’éruption de 1707, d’autres photos ou estampes ainsi que des schémas http://earth-of-fire.over-blog.com/

Fuji---8---AVE-10.2012.jpg

     Contreforts du Mont Fuji – © Antony Van Eeten 2012 

Honshū ( 本州, littéralement « province principale ») est la plus grande île du Japon, autrefois appelée Hondo ( 本土), sur laquelle se trouvent entre autres les villes de Tokyo, Osaka, Kyoto, Hiroshima, Yokohama, Nara et Nagoya.

Avec une surface de 230.510 km², (soit une taille approchant celle du Laos, ce qui représente environ 60 % de la surface totale du Japon), s’étirant en longueur sur plus de 1 290 km, tandis que sa largeur varie entre 50 et 240 km, c’est la septième plus grande île du monde.

Montagneuse et volcanique, Honshū est souvent sujette à des tremblements de terre meurtriers. Selon l’Institut de géophysique américain USGS, Honshū semble avoir été déplacée de 2,4 mètres en raison du séisme tectonique historique du vendredi 11 mars 2011.

 Parmi les nombreux volcans qui ponctuent l’île centrale, la vedette est tenue par le Fuji-san. Avec ses 3.776 mètres, ce stratovolcan aux formes parfaites est le point culminant de l’île de Honshū et de l’archipel nippon. Il domine la mégapole de Tokyo, située à 100 km. au NE du volcan. Considéré comme l’une des trois montagnes sacrées, avec les monts Tate et Haku, c’est aussi un site historique et un symbole du Japon parmi les plus peints ou photographiés.

L’éruption de flanc du Mont Fuji en 1707 est considérée comme ayant causé l’une des plus importante chute de cendres et tephra de l’histoire volcanique du Japon.

Fuji--1707---Ogata-Korin---Chip-Clark-Smithson-jpg

     Fuji-san : l’éruption Hoei de 1707 – doc. Kazuaki, Ito- Photo by Chip Clark, Smithsonian Institution

Première étape :

Après un fort séisme de magnitude 8,4 qui a frappé la côte de Honshu, le 28 octobre 1707, l’éruption débute le 16 décembre vers 10 heures, caractérisée par deux pulsions éruptives énergétiques avec panache plinien montant à au moins 20 km. de hauteur. La séquence éruptive témoigne de la rupture de chambres magmatiques superficielles, dacitique et andésitique, sur-pressurisées, suivie de la rétraction de magma basaltique au départ d’une volumineuse chambre magmatique en profondeur.

Seconde étape :

l’éruption se poursuit par intermittence jusqu’au 25 décembre, caractérisée par des pulsations sub-plinienne de magma basaltique relativement dégazé. Bien que le ratio éruptif soit dégressif, l’apport de magma depuis les profondeurs apparaît avoir été soutenu par une intrusion extensive proche de la surface, créant le cryptodôme du Mont Hoei à proximité de l’évent.

Troisième étape :

Après une accalmie d’une demi-journée, les éruptions reprennent violemment le 25 décembre. Cette étape est caractérisée par une colonne éruptive soutenue et « constante » d’au moins 13 km. de hauteur, avec deux périodes d’activité plus forte marquées par des colonnes éruptives excédant 16 km. de hauteur. Les scories vésiculaires riches en cuivre émises de façon continue indiquent un apport stable de magma riche en volatiles depuis les profondeurs.

L’éruption s’arrête le 30 décembre, plus par un processus d’effondrement du conduit que par décompression de la chambre magmatique. Quelques bombes sont émises du 31 décembre au 1° janvier, date à laquelle l’éruption prend officiellement fin.

 Trois cratères se formèrent durant l’éruption , numérotés de 1 à 3 en fonction de leur situation en altitude . Les second et troisième cratères se sont formés le 16 et 17 décembre. Le cratère numéro un est daté d’entre le 17 décembre et le 1° janvier. Le mont Hoei s’est établi au cours des premiers stades de la formation du cratère n°1.

 

Hoei-crater---eri.u-tokyo.ac.jp.jpg

Mt Fuji : le cratère Hoei – photo eri.u-tokyo.ac.jp

De nombreuses habitations furent endommagées ; à Subashiri, située à 10 km. du cratère, 72 habitations et trois temples bouddhistes furent détruits dès le 1° jour de l’éruption. Dans la zone où la couche de téphra atteignait deux mètres, le nombre de maisons diminua de 1/3 au cours des quatorze années suivant l’éruption.

Des inondations consécutives à la remobilisation des téphra marquèrent de façon répétée le rivière Sakawa et d’autres cours d’eau plus petits. Mais l’utilisation des téphra de l’éruption de 1707 comme matériaux de construction et amendement agricole eu finalement un impact positif sur le développement régional.

Fuji---5---AVE-10.2012.jpg

Fuji-san – vue sur le sommet –  © Antony Van Eeten 2012

A certaines heures de la journée, le soleil joue avec les neiges sommitales du Fuji nous rappelant l’estampe d’Hokusai, « le Fuji par temps clair », aussi appelée « le Fuji rouge » …

 

Fuji---3---AVE-10.2012.jpg

Lumières douces sur le Fuji – © Antony Van Eeten 2012

 http://earth-of-fire.over-blog.com/