Le Label « Pierre Fauriat » décerné aux Ouches le 27 octobre 2012

le 10 novembre 2012 par Sylvie
Les Ouches, à Chaudeyrolles, ferme rendue au patrimoine du pays.
Le label « Pierre Fauriat » attribué aux Ouches, lieu de mémoire architecturale du Mézenc.
Le 4 décembre 2010, le feu semblait avoir eu raison d’une des plus anciennes fermes de Chaudeyrolles, dont l’architecture ne devait rien ni à ce siècle ni au dernier. Une mention des Ouches est attestée dans un document de 1250.Le 27 octobre 2012, l’association Oustaou Vellavi remettait aux Ouches ressuscitées par le choix des propriétaires et le savoir des artisans le label « Pierre Fauriat » pour la restauration et la préservation du patrimoine rural.Pierre FAURIAT, né le 21 mai 1950, repose au cimetière de Craponne-srur-Arzon depuis le 3 avril 2008.

Professeur au Lycée Auguste Eymard d’Espaly-Saint-Marcel, engagé dans la sauvegarde du patrimoine, Pierre Fauriat organisait des stages de pose de pierre, des voyages d’information, des rassemblements de sensibilisation aux valeurs traditionnelles. La vie associative était le prolongement de sa vie de formateur.

Il aimait à partager le respect des techniques anciennes.

Oustaou Vellavi ( http://oustaou.vellavi.free.fr ), dont le siège se trouve à la mairie de Bains (43370), regroupe des dizaines de personnes désirant assurer la sauvegarde des Maisons Paysannes et du bâti traditionnel. Structure de réflexion pour les professionnels, les amateurs et tous les acteurs de l’aménagement en milieu rural, l’association dispose d’ un conseil scientifique et technique à même d’apporter, outre la préservation de ce patrimoine, les solutions de valorisation et de pérennisation.

Le 27 octobre, Jean Pestre, architecte honoraire et président d’Oustaou Vellavi, s’est fait l’hôte des Ouches pour recevoir une bonne soixantaine de personnes venues à son invitation observer la qualité du travail des artisans maçons, charpentiers et lauzeurs. Maçons vellaves des Ateliers de Chanteloube, charpentiers ardéchois de Treynas, sous Borée dans les Hautes Boutières et lauzeurs de Laussonne, ont ce jour-là enchanté les techniciens chevronnés d’Oustaou Vellavi.

Les Ouches offriront d’ici deux ans un espace de plus de 400 m2 aux acteurs du développement culturel du Mézenc. Le Centre Haroun Tazieff pour les sciences de la Terre en sera le maître d’oeuvre.

Coïncidence : Haroun Tazieff qui avait un respect immense pour le savoir des artisans traditionnels, avait collaboré avec l’architecte Claude Perron pour faire de Mirmande, dont il était le maire, l’un des plus beaux villages de France ; Claude Perron, auteur d’un remarquable projet de sauvegarde de Chaudeyrolles resté dans les tiroirs depuis quarante ans, était présent aux Ouches pour la remise du label Pierre Fauriat.
Claude Perron est l’artisan du secteur sauvegardé du Puy-en-Velay, ( http://puyvilledart.free.fr/secteur sauvegarde.htm).

Odette Arnaud, maire de Chaudeyrolles, et Bernard Cuoq, maire de Saint-Clément, ont honoré cette journée de leur présence. La météo également qui, ce samedi-là, rappelait à tous que ces fermes ancestrales devaient à la burle l’harmonie robuste de leur architecture.

Jean Pestre, président de l’association Oustaou Vellavi
et l’architecte Gilbert Richaud (photo CHT)
Danièle et Frédéric, les propriétaires des Ouches
(photo CHT)
La plaque de l’association Oustaou Vellavi est scellée.
Article de l’éveil sur ce sujet :
Le label Pierre Fauriat décerné à Frédéric Lavachery et sa compagne Danièle pour la reconstruction de leur ferme les Ouches dans le respect des traditions et techniques locales

le 8 octobre 2012 par Sylvie

Le samedi 27 octobre à 15h30 aux Ouches, Frédéric et Danièle se verront remettre le label Pierre Fauriat par l’association Oustaou Vellavi  pour la reconstruction des Ouches dans le respect des traditions locales. En effet, par le choix des matériaux et des artisans maçons, des charpentiers, des couvreurs-lauzeurs, ils ont voulu reconstruire leur ferme à l’identique de ce qu’elle était avant l’incendie en respectant les traditions du patrimoine bâti. Cette décision est cohérente avec le parcours militant de Frédéric Lavachery, et ce, dans le respect  du combat permanent d’Haroun Tazieff contre l’envahissement des paysages par le béton.

 Et si aujourd’hui le gros œuvre est achevé, il reste encore beaucoup à faire pour que les Ouches puissent offrir au Centre Haroun Tazieff un espace de 300 m2, comme cela est prévu.

Quel est l’objectif de l’association Oustaou Vellavi ? Elle a été créée, il y a dix ans dans le but de la préservation du patrimoine bâti et paysager, afin d’encourager les initiatives visant à pérenniser ce patrimoine. Elle se veut une structure de réflexion pour les professionnels, les amateurs et les acteurs de l’aménagement en milieu rural. D’ailleurs, un conseil scientifique et technique a été  créé au sein de ses membres afin d’apporter des solutions pour la préservation de ce patrimoine, sa valorisation et sa pérennisation.

Lors de la remise du label,  l’association Oustaou Vellavi appose une plaque sur l’édifice retenu. Sur cette plaque, Claude Perron a dessiné la maison typique et la tuilerie Perrin a exécutée une céramique colorée émaillée portant le titre Oustaou Villavi.

Ce label est aussi le symbole de l’amitié et de la solidarité que l’on souhaite partager avec tous ceux et toutes celles qui ont aidé à effacer les traces de l’incendie des Ouches. Enfin, Danièle et Frédéric sont à nouveau chez eux.

Pour découvrir l’association Oustaou Villavi : http://oustaou.vellavi.free.fr/


 

Fête de la science à l’Ecole Lancelot de Privas du 10 au 14 octobre 2012

le 6 octobre 2012 par Sylvie

L’école primaire publique Lancelot intègre à cette occasion le réseau des écoles associées de l’UNESCO

Le Centre Haroun Tazieff est engagé avec quatre écoles d’Europe dans un programme de coopération Coménius piloté par l’école primaire publique du quartier populaire de Lancelot, à Privas.
« Volcans et Paysages Européens », tel est le thème de ce projet qui culminera en 2014, année du centenaire de la naissance d’Haroun Tazieff, qui a révolutionné la volcanologie.

Dans ce cadre, l’école de Privas participe à la fête de la science qui aura lieu du 10 au 14 octobre. Seront proposés :

des ateliers pédagogiques sur le thème  « volcans et séismes », des expériences scientifiques, une promenade géologique contée inédite «Du ciment de l’école de Lancelot à la cheminée strombolienne des Trois Croix», une balade où les enfants vous ouvriront les entrailles de la Terre en lisant les pierres des maisons qui jalonnent le parcours de l’école au sommet des Trois Croix (d’où l’on bénéfice d’un superbe panorama sur le bassin de Privas, emplacement idéal pour un poste de vigie qui fut le théâtre de luttes acharnées il y a près de 4 siècles.)

affiche la fête de la science à l’école Lancelot de Privas

Lauze et lauzeurs aujourd’hui, article rédigé en collaboration avec Frédéric Lavahery et pour la partie vidéo avec Sylvain Lion de réZonance

le 6 octobre 2012 par Sylvie

Il existe encore aujourd’hui des gens qui souhaitent conserver le patrimoine architectural de la région et qui n’hésitent pas à rénover d’anciennes fermes en s’appuyant sur les techniques des artisans d’hier et d’aujourd’hui.

C’est le cas de Nicolas Mathevet et Marie Krieg , tous deux accompagnateurs de montagne. Ils conçoivent leur profession comme un outil de dynamisation de la vie locale, et la mettent au service de la création permanente de liens culturels entre toutes les catégories du tissu social du massif du Mézenc, dont Borée est le joyau d’un trésor volcanique et paysager encore trop ignoré, à la charnière des hautes Boutières et du Plateau du haut Vivarais. Depuis 4 ans, ils retapent une ancienne ferme du hameau de Molines, à Borée.

Ou encore Frère Maximilien-Marie qui restaure une antique demeure, le Mesnil-Marie dans le hameau de Condas, à Saint-Martial, pour abriter son association le Refuge Notre Dame de la Compassion. Historien du pays, de la France comme de l’Ardèche, il n’a pas son pareil pour tisser la synergie des gens qui ne s’économisent pas pour la vitalité locale, qui se donnent sans compter.

Sans oublier Frédéric Lavachery qui, après un incendie, a reconstruit  sa ferme Les Ouches à l’identique de ce qu’elle a toujours été.

 Voilà  trois générations à avoir fait le même choix, peu sérieux pour qui regarde à sa peine, de restaurer un patrimoine architectural qui recèle une histoire qui a de l’avenir. Et, est-ce curieux, toutes ces personnes partagent des projets collectifs –« Montagne, Ouvre-toi ! », Art’Borée Sens, le Centre Haroun Tazieff, d’autres encore…

Il y a aussi Lucette et Hubert-Marie Piteux, membres aussi au Centre Haroun Tazieff et qui ont activement participé à la mise en place des rencontres « Chœurs de Volcans, de Sources et de Montagnes ». Eux aussi ont conduit une restauration remarquable, aux Beaumes, sous Borée.

Voici la vidéo réalisée par Sylvain Lion pour réZonance en collaboration avec le centre Haroun Tazieff


Le label Unesco pour l’école Lancelot de Privas

le 6 octobre 2012 par Sylvie

Suite au forum des innovations pédagogiques qui a eu lieu en juin et où l’école a remportée un prix pour son projet « Volcans et paysages européens », la directrice, Christine Hainaut a fait une demande de labellisation auprès de l’UNESCO. Une partie du dossier reposait sur le projet « Volcans et paysages européens ».  Mais il comportait d’autres  volets axés sur la pédagogie, la valorisation du patrimoine,ou la création de liens avec les familles et partenaires.

Et depuis  le 31 juillet 2012, le label Unesco, répondant à une charte précise, a été accordé à l’école de Privas, pour une durée de trois ans, avec un bilan annuel systématiquement pendant cette durée.

Cela va permettre à l’école de bénéficier d’animations éducatives. Ainsi, en avril 2013, un semi-remorque-musée d’art viendra à l’école de Privas. Des thèmes communs de travail ont aussi été proposés aux écoles associées. Tout cela nécessite un développement de l’enseignement des langues, ce que l’Unesco a demandé.

Ce projet est très motivant et stimulant  pour les enseignants, et les élèves.